13 octobre 2017

Les accords toltèques et les Idéaux du Reiki

Les Accords Toltèques et les Idéaux du Reiki

 

     

 

Accords toltèques ou idéaux Reiki ? Les deux offrent un merveilleux code de conduite simple et efficace.

Chacun à leur façon, Don Miguel Ruiz et Mikao Usui révèlent une façon d’accéder à cette sagesse infinie à l’intérieur de nous, que nous avons fini par oublier tout au long de nos vies. Beaucoup de nos systèmes de pensées (culture, religion, éducation) qui sont en place à l’heure actuelle vont à l’encontre de ce que nous sommes ; notre soumission ou conditionnement à ceux-ci, aux non-dits et aux valeurs artificielles, est ce qui attire la souffrance et limite notre capacité à la joie et à l’abondance.

Bien que différentes dans les mots et la formulation, l’intention des accords toltèques et celle des idéaux du Reiki sont identiques : donner accès à notre puissance personnelle en nous incitant à respecter notre nature divine et infinie – cette partie en nous qui est authentique et libre.

  • Avoir une parole impeccable est l’expression verbale de notre état énergétique. Sous le couvert de l’humour ou de mots « gentils » parfois, nous faisons parfois passer notre colère ou notre frustration, en pensant maîtriser cette émotion. Ne soyez pas en colère, ou exprimez votre émotion avec intégrité. Vous êtes responsable de cette émotion.
  • Ne rien prendre de manière personnelle, c’est aussi ne pas se préoccuper de ce que les autres peuvent dire ou penser de nous ; être en ligne avec qui nous sommes et l’acceptation de soi nous libèrent des opinions des autres.
  • Ne pas faire de supposition, c’est aussi être reconnaissant de ce qui nous arrive ; en n’imaginant pas le pire, mais plutôt en réfléchissant à ce que cette situation ou cette personne pourraient donner de mieux et ce qu’elles viennent faire dans notre vie.
  • Faire de son mieux, c’est travailler sur soi, dans l’instant présent et juste pour aujourd’hui. Etre honnête et authentique avec l’énergie du moment demande le développement d’une pratique spirituelle quotidienne de l’écoute de soi.
  • Etre sceptique et savoir écouter vient d’un sentiment de bonté intérieure envers les autres et envers soi ; l’acceptation que nous avons tous un message qui mérite d’être entendu, mais qu’il revient à chacun de trouver sa propre vérité. Tout n’est qu’une question d’opinions ou de points de vue.

Ces accords et ces idéaux nous révèlent finalement ce que nous voulons tous : le respect et l’acceptation de qui nous sommes.

Ils nous révèlent aussi que notre bonheur ne dépend de personne, c’est à nous de nous montrer aux autres dans toute notre force et splendeur à travers notre vérité et notre amour. Quel beau cadeau que cette invitation à être libre d’être qui nous sommes vraiment.

Hélène Beaulieu

Maitre Reiki

www.helenebeaulieu.fr

Posté par Isabelle Laporte à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


06 octobre 2017

Comment stimuler notre système naturel de réparation et de guérison du corps

Comment stimuler notre système naturel

de réparation et de guérison du corps

 

Le pouvoir insoupçonné des cellules souches

Quand on entend parler de cellules souches dans les medias, il s’agit soit d’un discours à propos du manque d’éthique entourant l’utilisation des cellules souches embryonnaires, soit d’un traitement miraculeux pour une maladie dégénérative ou une blessure grave. Mais derrière tout ce discours entourant l’utilisation de cellules souches émerge dans la littérature scientifique un concept nouveau, appelé à changer littéralement le monde de la médecine et du bien-être en général. Il s’agit du rôle naturel des cellules souches dans le corps, au-delà de toute approche thérapeutique.

Les cellules souches sont des cellules qui ont la capacité de se transformer en pratiquement n’importe quel type de cellule du corps. Elles sont dites « non différenciées »

Au cours de la dernière décennie, le champ des recherches dans le domaine des cellules souches a explosé de façon phénoménale. De toute cette recherche découle une nouvelle compréhension du rôle naturel des cellules souches de la moelle osseuse dans la réparation et le maintien des tissus et organes du corps. En bref, lorsqu’un tissu ou organe est endommagé ou affecté par un processus dégénératif, le tissu en question libère des composés bien spécifiques dont le rôle est de déclencher la libération de cellules souches.

Ce processus est tellement bien orchestré d’un point de vue physiologique que l’on assiste littéralement à la découverte d’un nouveau système dans le corps humain, le système naturel de réparation et de guérison du corps

 

Qu’est ce qu’une cellule souche ?

Une cellule souche est une cellule originelle capable de se multiplier. Elle appartient à un organisme en construction qui devient multicellulaire. Elle est à l’origine indifférenciée (ne ressemble à aucune cellule particulière). Elle peut donc se différencier en cellules distinctes suivant le tissu ou l'organe à construire ou à réparer.

Une cellule souche est une cellule qui a pour propriétés :

  • l'auto renouvellement : la cellule souche se divise en deux cellules filles dont au moins une reste indifférenciée, avec les mêmes propriétés que la cellule mère, en particulier la propriété d'auto-renouvellement. Ainsi la cellule souche se renouvelle constamment.
  • la génération de cellules différenciées, c’est à dire capables d'assurer la fonction d'un tissu ou d'un organe. Une cellule souche peut être capable de générer plusieurs types de cellules différenciées.

    330000

Il y a différents types de cellules souches :

  1. Les cellules souches totipotentes provenant de l'œuf fécondé. Notre organisme, qui comporte 10 000 milliards de cellules regroupés en 200 tissus, provient d'une seule cellule issue de la fécondation d'un ovocyte de notre mère par un spermatozoïde de notre père.
  2. Les cellules souches embryonnaires pluripotentes (CSE) issues des cellules de la masse cellulaire interne d'un embryon précoce de 5-6 jours. Elles sont capables de générer l'ensemble des tissus de l'organisme, y compris les cellules reproductrices
  3. les cellules souches adultes (CSA) ou somatiques qui ont une capacité de prolifération importante mais ont perdu la capacité de générer l'ensemble des tissus de l'organisme. Elles comprennent :
  • les cellules souches hématopoïétiques  capables de générer l'ensemble des cellules du sang : globules rouges, plaquettes, globules blancs, lymphocytes.
  • Les cellules souches mésenchymateuses capables de générer les tissus de soutien des os et du cartilage, les cellules de soutien (stromales) présentes dans de nombreux tissus, et les cellules graisseuses, appelés adipocytes.

Les cellules jusqu’au 6e jour de vie sont capables de s’orienter vers tous les types cellulaires de l’organisme en construction, selon ses besoins. Evidemment, de nombreuses molécules fabriquées par l’embryon, en particulier hormones et facteurs de croissance, sont nécessaires à cette construction.

450000

Au fur et à mesure de la croissance, après le 8e jour, les CSE perdent leur totipotence et deviennent pluripotentes. Elles se transforment ensuite en cellules du sang, cellules nerveuses, cartilagineuses et osseuses, cardiaques, urinaires, digestives, cutanées, musculaires… participant activement à la construction du fœtus et du futur bébé à naître.

Les cellules de notre corps ont des durées de vies fort différentes. Les globules blancs vivent une semaine, les rouges 120 jours, les cellules de l’estomac une année comme celles du foie, celles de l’intestin 2 à 5 jours, 2 à 3 mois pour la prostate, 10 ans pour les cellules des os…

 

Que dit la médecine ?

En médecine, la théorie de la formation des maladies est entièrement fondée sur la perte cellulaire. :

  • le diabète par exemple est causé par la perte des cellules du pancréas qui sécrètent l’insuline,
  • la dégénérescence maculaire est causée par la perte des cellules de la macula dans la rétine,
  • l’hypothyroïdie est causée par la perte des cellules de la glande thyroïde qui produisent les hormones T3 et T4,
  • la cardiomyopathie est la résultante d’une perte des cellules musculaires du myocarde,
  • la dégénérescence hépatique est causée par la perte des cellules du foie,
  • et ainsi de suite…

Mais si nous renouvelons ces organes de façon constante, et que nous perdons essentiellement l’équivalent des poumons, d’un foie et d’un pancréas environ tous les 4 ans, comment un individu peut-il être toujours en santé après 40 ou 50 ans ?

Le simple fait d’avoir des poumons, un foie, pancréas et un cœur sains après 50 ans de vie est la démonstration indubitable que la perte cellulaire n’est pas la cause de la formation des maladies.

Il est essentiel de se replacer dans un contexte plus global et voir que la perte cellulaire est constamment accompagnée du renouvellement des tissus par les cellules souches du corps, ce qui maintient un équilibre salutaire dans tout le corps.

C’est en fait la perte de cet équilibre qui est à la base du développement des maladies. Le processus de renouvellement des tissus devient donc un aspect primordial à la santé.

 

Point sur les dernières recherches scientifiques 

Les Grecs anciens avaient découvert que le foie est l'un des rares organes humains à se régénérer spontanément en cas de lésion ; les chercheurs espèrent faire de cette légende une réalité en développant des thérapeutiques permettant de réparer des cellules, tissus ou organes endommagés ou âgés. C’est ce qu’on appelle la médecine régénérative.

Actuellement, des expériences sont menées un peu partout par différentes équipes de chercheurs sur la localisation de ces cellules souches (embryon humain, cordon ombilical, moelle osseuse, tissus adipeux, organes,…), leur mode de différenciation, et les différents moyens pouvant être mis en œuvre pour stimuler leur implantation ou leur libération dans le corps.

88000

L’élément principal émergeant des recherches scientifiques est : comment modifier le nombre de cellules en circulation ? En effet, un plus grand nombre de cellules souches en circulation signifie que plus de cellules souches sont disponibles pour migrer vers les tissus et contribuer au processus de réparation et maintien des tissus.

Jusqu’à présent, un lien a été établi entre une déficience en cellules souches et le développement du diabète, de la neuropathie diabétique, des cardiomyopathies, de l’arthrose, de l’insuffisance rénale, de la dystrophie musculaire, et même de la dysfonction érectile.

Les cellules souches du nouveau-né comme celles du cordon ombilical sont considérées comme des cellules souches adultes (CSA), mais ces cellules, implantées dans un organisme d’enfant ou d’adulte, ont un grand potentiel de cancérisation.

De nouvelles cellules souches sont capables, dans un milieu de culture ou dans un tissu particulier, de prendre les caractéristiques de cellules environnantes : celles du tissu où elles s’implantent. C’est la thérapie cellulaire. Des cellules adultes spécialisées peuvent donc être reprogrammées en cellules souches pluripotentes puis transformées en laboratoire pour être réorientées vers un des 200 types de cellules du corps humain.

Les CSA les plus nombreuses sont surtout présentes dans les organes dont les cellules se renouvellent vite, donc la moelle osseuse (les globules blancs vivent 7 jours) et l’intestin grêle (les entérocytes vivent 4 à 5 jours). Il est évidemment difficile de récupérer et conserver des cellules souches intestinales du fait du milieu non stérile où elles évoluent. Par contre, les cellules de la moelle osseuse conviennent parfaitement. On peut les prélever assez facilement.

La moelle osseuse est certainement la zone du corps qui fabrique le plus de cellules souches, destinées en permanence à maintenir le stock des globules du sang : rouges, blancs et plaquettes. On estime que la moelle osseuse fabrique une cellule souche pour 10 000 cellules. Le stock de cellules souches de moelle osseuse est évalué à près de 150 millions.

Un essai thérapeutique européen utilisant les cellules souches auquel participe la France, vient d’être lancé dans des cas de Sclérose en plaques (SEP). Selon le Pr Thibault Moreau, neurologue au CHU de Dijon, président de la fondation Arsep (Aide à la recherche pour la SEP), l’objectif est de démontrer l’éventuelle réparation de la myéline détruite par la maladie. C’est en effet la myéline qui aide à la conduction du courant le long des fibres nerveuses.

Dernièrement, on a découvert que les organes possèdent des cellules souches en réserve qui leur permettent de se régénérer. En fait, des cellules souches adultes (CSA) sont présentes dans chaque organe pour son renouvellement naturel, malgré le vieillissement. Ainsi la moelle osseuse possède des cellules souches pour fabriquer des globules rouges, des globules blancs, des plaquettes ; le foie possède des cellules souches pour fabriquer des cellules hépatiques et de même pour chaque organe selon la vitesse de renouvellement de ses propres cellules. Ces cellules souches sont dites unipotentes car elles ne renouvellent que des cellules de l’organe dont elles sont issues (moelle osseuse, peau, foie, intestin, cerveau…) Il s’agit d’autorégénération. 

 

Quels sont les facteurs freinant l’évolution des cellules souches ?

90000

Il a été démontré que le tabagisme, le stress et les médicaments hypocholestérolémiants freinent la formation des CS et réduit leur capacité à se différencier en tissus fonctionnels en cas de besoin au niveau pulmonaire, hépatique, osseux, cardiovasculaire. On sait qu’une cellule pulmonaire normale se divise 30 à 50 fois avant son apoptose. Trente divisions peuvent générer jusqu’à 1 milliard de nouvelles cellules. À l’inverse, avec le tabagisme, le stress et autres phénomènes d’oxydation on peut parler de sénescence réplicative. Les cellules souches vont rester au repos

Dans le cadre du Plan Cancer 2015, et plus particulièrement des recherches sur les effets de l'exposition aux facteurs de risques environnementaux sur le cancer, l'INCa a décidé de financer le programme "PesCA : pesticides et vieillissement cellulaire" dans lequel LNOx doit caractériser les effets de faibles doses de pesticides sur le fonctionnement de la moelle osseuse hématopoïétique

10000

Malheureusement, les médicaments antimitotiques utilisés pour traiter le cancer ne tuent pas que les cellules cancéreuses. Tous les protocoles de chimiothérapies empêchent les cellules en cours de renouvellement d’arriver à maturation, que ces cellules soient dans le sang ou à la racine des cheveux (d’où l’alopécie fréquente). Afin de pouvoir augmenter la dose de chimiothérapie injectée pour détruire un maximum de cellules tumorales, les cellules souches hématopoïétiques du patient sont collectées avant chimiothérapie intensive, congelées, et greffées au patient après chimiothérapie intensive. Ces cellules souches hématopoïétiques décongelées permettent de réparer l'ensemble des tissus hématopoïétiques et lymphocytaires.

 

Les voies thérapeutiques proposées : comment stimuler la formation des cellules souches ?

Un travail d'activation des cellules souches permet d'accélérer les processus d'auto-régulation et d'auto-guérison de l'organisme :

  • A titre préventif pour la concentration, la mémoire, les articulations, la vision, la peau, l’endurance, les muscles (étudiants, sportifs,…).
  • Pour réparer des tissus abimés : c’est une médecine de régénération des tissus, des organes.

Il a été démontré que l’exercice physique, un sommeil réparateur, et une nutrition vitalisante auront un effet positif sur les CS.

70000

Ainsi, les antioxydants présents dans le thé vert, la vitamine D, la spiruline, l’astaxanthine,… augmentent leur formation et leur capacité à se différencier en tissus fonctionnels.

Parmi ces moyens, des recherches scientifiques, menées par Christian Drapeau, ont montré que certains composants de l’algue Klamath ont pour propriétés de stimuler la libération des cellules souches, en augmentant de 25 à 30 % le nombre de cellules souches de la moelle osseuse en circulation dans le corps pour aller réparer d'une façon naturelle les organes et tissus endommagés.

De même, certaines variétés de probiotiques constituent les premiers stimulateurs de cellules souches issues du cerveau intestinal où sont produites 80% des cellules immunitaires.

 

21000

Mais ce qui est intéressant, c’est de combiner ces différents stimulateurs afin de créer des synergies, plutôt que de se focaliser sur celui que l’on pense être le meilleur.

En effet, il existe plusieurs sources de cellules souches dans le corps qui peuvent être stimulées, comme la moelle osseuse ou le cerveau intestinal pour ne citer que les deux principales. C’est pourquoi, chaque substance vitalisante contribue différemment à la stimulation des cellules souches et entraîne des actions très complémentaires qui permettent de décupler le niveau de stimulation générale afin de libérer une quantité plus importante de cellules souches dans l’organisme.

En 2014, des scientifiques ont également découvert la preuve que le jeune déclenche la régénération des cellules souches d’un organe ou d’un système : L’étude a été publiée dans le numéro de Juin 2014 de Cell Stem Cell par des chercheurs de l’Université de Californie du Sud. La recherche montre que les cycles de jeûne prolongé protègent le système immunitaire contre les dommages et induisent la régénération du système immunitaire. Ils ont conclu que le jeûne fait passer les cellules souches d’un état dormant à un état d’auto-renouvellement.

Reiki visage indexL’énergie de guérison favorise également le renouvellement des cellules souches : lorsqu’un guérisseur, qui a une fréquence électromagnétique élevée, place ses mains à proximité de quelqu’un qui souffre, le corps de cette personne va résonner et être « entrainé » par les mains du praticien. Le praticien se contente de détenir une énergie harmonisante extrêmement forte, tandis que l’énergie de la personne « malade » va augmenter ses propres vibrations afin d'être en résonnance. Le praticien ne fait rien d’autre que de fournir l’énergie qui permet à l’autre de se guérir ! L’intelligence innée du corps de la personne qui reçoit l’énergie agira dans le sens que le corps estime utile pour favoriser la guérison : il multipliera la formation de ses cellules souches afin de stimuler la réparation de ses tissus.

Le scientifique Itzhak Bentov a écrit : « nous pouvons considérer qu’une maladie provient du comportement déréglé de l’un ou l’autre des organes de notre corps. Lorsqu’on y applique un puissant rythme d’harmonisation, le système d’interférence des ondes qu’est l’organe, peut se mettre de nouveau à battre à l’unisson»

 

Les cellules souches adultes sont au cœur du système de renouvellement naturel de notre corps. Le renouvellement naturel est le processus par lequel notre corps maintient et répare naturellement les tissus pour améliorer et garder une santé optimale.

 


Sciences-et-Avenir.com  - 24/12/2008

Sciences-et-Avenir.com – 09/01/2009

Inserm – 25/04/2013

Santé Nature innovation – Pr Henri Joyeux – 06/01/2015

http://www.lnox-team.org/les-dernieres-nouvelles

INCa

news.usc.edu

www.scientificamerican.com

www.sciencedaily.com

www.dailymail.co.uk

www.guardian.co.uk

www.nia.nih.gov

www.collective-evolution.com

 

Posté par Isabelle Laporte à 13:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 octobre 2017

Comment parler du Reiki en toute simplicité ?

Comment parler du Reiki en toute simplicité ?

 

discussion

Et toi, tu fais quoi ?

Heu....moi ? Du REIKI. 

Du quoi ?

Du REIKI !

Ah, et c'est quoi ?

 

Et si vous êtes comme moi, au début il faut bien se rendre à l'évidence que ce n'est pas toujours facile à expliquer. En général on est parti pour trente minutes d'explications sur un schéma plus ou moins bien construit ponctué d'exemples. On s’emballe, on s'excite (normal on est passionné !) et puis à la fin on demande à l'autre ce qu'il en pense et il nous répond : Ouais, ça a l'air pas mal. Puis il enchaîne : pour changer de sujet, tu sais que j'ai revu...

Vous venez de vous prendre un "vent", vous ne comprenez pas pourquoi l'autre n'a rien compris à votre méthode méga super géniale et votre ami s'en va en se disant : plus jamais je le branche sur le Reiki !

Avec le temps j'ai appris ! Et je vais vous faire part de ma méthode pour ne plus perdre votre temps, soûler votre interlocuteur et repartir déçu...

L'idée est de toujours valider si la personne qui est en face de vous veut en savoir plus et jusqu'où elle veut aller dans le détail. Vous devez donc avoir quelques phrases déjà préparées pour éviter les : heu... c'est-à-dire... c'est pas facile à expliquer... comment te dire ?...

N'oublions pas que ce qui est bien intégré s’énonce clairement.

Voilà un exemple de conversation avec ma méthode. Bien sûr, à vous d'inventer votre dialogue selon votre façon d'appréhender le Reiki.

Donc première réponse :

  • C'est quoi le REIKI ?
  • Une technique japonaise d'harmonisation énergétique.

Et je n'en dis pas plus. Je ne parle pas non plus d'apposition des mains car j'ai toutes les chances d’entendre : "comme le magnétiseur ?" Et me voilà parti à expliquer ce que ce n'est pas alors que le mieux est quand même d'expliquer tous les bienfaits... En plus "comme les magnétiseurs" l'étiquette est posée. Votre interlocuteur connaît (ou croit connaître) ! Il n'est plus dans la découverte. Son attention retombe.

  • Et ça sert à quoi ?
  • C'est à la fois une méthode de développement personnel et une technique pour soulager les maux physiques, émotionnels.

Je reste toujours général. Il ne sert à rien pour le moment de rentrer dans les détails. Répondre à la question et seulement à la question.

  • Et comment tu fais ça ?
  • C'est quelque chose que j'ai appris en suivant des formations. D’ailleurs tout le monde peut en faire autant. Il suffit d'avoir envie.
  • Ok ! C'est quoi le principe ?
  • Le postulat de départ est que tout est énergie. Toi, moi, ce qui nous entoure, la nature, TOUT. Et pour que  tout soit parfait, il faut que l'énergie circule librement. S'il y a une diminution, un ralentissement, une stagnation d'énergie, les désordres apparaissent. C'est pour cela qu'au début je t'ai parlé "d'harmonisation énergétique". C'est vrai que c'est une notion plus orientale qu'occidentale.

Ça y est. Nous voilà dans le vif du sujet. Si le sujet l'intéresse il y aura de nouvelles questions. Si non, plus de question et on passe à autre chose !

Mais là, sa curiosité le pousse à en savoir un peu plus.

  • Donc, toi tu fais en sorte que l'énergie circule librement ?
  • Oui.
  • Et comment ?
  • J'ai appris à canaliser une énergie que l'on appelle REIKI. C'est une énergie de très haute fréquence. Je la mets à disposition des personnes pour les aider à retrouver une belle harmonie.

Toujours des phrases courtes et simples.

  • De quelle façon tu leur donnes cette énergie ?
  • Principalement par les mains. Je pose mes mains sur différentes parties de leur corps. J'utilise également le souffle et le regard.

Quand vous en êtes arrivé là je pense que vous pouvez à votre tour poser des questions et continuer la discussion en vous intéressant directement à la personne.

  • Et toi, est-ce que tu sens qu'il y a des secteurs de ta vie qui pourraient mieux fonctionner ?

Deux types de réponses : « Non, moi ça va ! »  ou « Ah, ça oui. Bien sûr ! ». Là encore, la conversation s'arrête ou repart de plus belle.

Vous le voyez avec cette méthode plus jamais de "vent". Vous suscitez l'intérêt et vous répondez aux questions. Vous n'êtes pas intrusif, vous ne vendez rien !

Il vous suffit pour cela de quelques phrases simples et préparées d'avance et surtout de respecter votre interlocuteur quand il vous dit qu'il ne veut pas en savoir plus !

Eric Fruneau - Maître Reiki
http://www.invitation-au-bonheur.com

Posté par Isabelle Laporte à 10:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

20 janvier 2017

Ne voyez pas seulement le REIKI ...

 

« Ne voyez pas seulement le REIKI
comme un véhicule de guérison et d'élévation des énergies,
mais comme un moyen d’abandonner des perceptions limitées
pour des perceptions plus vastes. » 

Hawayo Takata

 

 

Posté par Isabelle Laporte à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2017

les 11 dimensions de notre cerveau

Le cerveau humain peut créer des structures
allant jusqu’à 11 "dimensions" !

cer veau

Illustration d'un univers de structures et d'espaces multidimensionnels. | Courtesy of Blue Brain Project

Des neuroscientifiques ont utilisé une branche classique des mathématiques d’une manière totalement nouvelle afin d’analyser la structure de notre cerveau : ils ont découvert que le cerveau est rempli de structures géométriques multidimensionnelles pouvant fonctionner jusque dans 11 "dimensions".
Lorsque l’on parle de dimensions, on a tendance à penser aux dimensions d’espace que l’on connaît, soit les 3 dimensions dans lesquelles nous vivons. Il est donc difficile de concevoir les 11 dimensions dont il est question ici. Il ne s’agit pas de dimensions propres, mais plutôt d’une modélisation 3D comportant plusieurs couches de fonctionnement. Mais les résultats de cette nouvelle étude pourraient représenter la prochaine étape de la compréhension de la structure du tissu complexe du cerveau humain.

Ce dernier modèle de cerveau a été produit par une équipe de chercheurs du Blue Brain Project, une initiative de recherche Suisse qui a pour objectif de créer un cerveau synthétique par processus de rétro-ingénierie : ce projet étudie donc l’architecture et les principes fonctionnels du cerveau.

L’équipe a utilisé la topologie algébrique, une branche des mathématiques utilisée pour décrire les propriétés des objets et des espaces, indépendamment de la manière dont ils changent de forme. Les chercheurs ont alors constaté que les neurones se connectaient en "groupes", et que le nombre de neurones dans un groupe entraînait l’augmentation de sa taille en tant qu’objet géométrique à haute dimension.

"Nous avons découvert un monde que nous n’avions jamais imaginé", explique le chercheur principal, Henry Markram, de l’EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne) en Suisse. "Il y a des dizaines de millions de ces objets, même dans un tout petit bout de cerveau, à travers sept dimensions. Dans certains réseaux, nous avons même trouvé des structures possédant jusqu’à 11 dimensions", ajoute-t-il.

On estime que les cerveaux humains possèdent quelques 86 milliards de neurones, avec des connexions cellulaires multiples allant dans toutes les directions possibles, formant un vaste réseau cellulaire qui nous offre la possibilité d’avoir une conscience et de penser.

Avec un tel nombre de connexions possibles, il n’est pas étonnant que nous ne sachions pas encore tout du fonctionnement du réseau neuronal du cerveau. Mais les résultats de cette nouvelle études nous rapprochent gentiment du moment où nous pourrons avoir un modèle digital complet d’un cerveau humain.

Afin d’effectuer des tests mathématiques, l’équipe du Blue Brain Project a utilisé un modèle détaillé du néocortex (qu’ils avaient publié en 2015). Le néocortex correspond à la couche externe des hémisphères cérébraux et fait partie du cortex cérébral.

Il est impliqué dans les fonctions cognitives dites supérieures, comme les perceptions sensorielles, les commandes motrices volontaires, le raisonnement spatial, la conscience ou encore le langage. Après avoir développé leur cadre mathématique et avoir effectué des tests grâce à des stimuli virtuels, l’équipe a également confirmé ses résultats sur le tissu cérébral (réel) des rats.

Selon les chercheurs, la topologie algébrique fournit des outils mathématiques permettant de discerner des détails du réseau neuronal, à la fois dans une vue rapprochée (au niveau des neurones individuels), et également à une plus grande échelle de la structure du cerveau dans son ensemble.

C’est en reliant ces deux niveaux que les chercheurs ont pu discerner des structures géométriques de haute dimension dans le cerveau, formées par des collections de neurones étroitement connectés (groupes) et les espaces vides (cavités) les séparant. "Nous avons trouvé un nombre et une variété remarquablement élevés de groupes et de cavités de haute dimension, qui n’avaient pas été observées auparavant dans les réseaux de neurones biologiques ou artificiels", expliquent les chercheurs dans leur étude.

"La topologie algébrique est comme un télescope et un microscope, en même temps", explique la mathématicienne Kathryn Hess de l’EPFL, membre de l’équipe de recherche. "Cela permet de zoomer dans les réseaux pour trouver des structures cachées, comme les arbres dans une forêt, et voir les espaces vides, les clairières, tout cela en même temps", ajoute-t-elle.

Ces cavités (les clairières évoquées par la chercheuse), semblent avoir une importance vitale dans le fonctionnement du cerveau : en effet, lorsque les chercheurs ont stimulé leurs tissus cérébraux virtuels, ils ont vu que les neurones y réagissaient de manière hautement organisée. "C’est comme si le cerveau réagissait à un stimulus en construisant [et] puis en détruisant une tour de blocs multidimensionnels, en commençant par des tiges (1D), des planches (2D), puis des cubes (3D), puis des géométries plus complexes en 4D, 5D, etc. ", explique un membre de l’équipe, Ran Levi, de l’Université d’Aberdeen, en Écosse. « La progression de l’activité à travers le cerveau ressemble à un château de sable multidimensionnel qui se matérialise hors du sable, puis se désintègre », ajoute-t-il.

Les résultats de cette étude fournissent donc des informations complémentaires quant à nos connaissances en matière de fonctionnement du cerveau, notamment au niveau du traitement des informations. Les chercheurs soulignent cependant qu’il faudra encore des études complémentaires avant de pouvoir comprendre totalement comment se forment les groupes et les cavités, ainsi que pour en savoir plus sur la complexité de ces formes géométriques multidimensionnelles formées par nos neurones. Il est aussi question de comprendre comment est-ce que tous ces éléments sont en corrélation avec la complexité des diverses tâches cognitives.

Sources : Frontiers of Computational Neuroscience, EPFL

http://trustmyscience.com/



Posté par Isabelle Laporte à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


07 janvier 2017

Effets du Reiki mesurés par caméra infrarouge thermique

 Effets du Reiki

mesurés par caméra infrarouge thermique

 Reiki infra rouge

 

L'expérience a été réalisée à l'initiative de Nicole, enseignante de Reiki depuis près de dix ans, et de Patrice, ingénieur informaticien, scientifique de formation (spécialisé en biologie animale). L'idée était d'arriver à vérifier et rendre visible au moyen de procédés d'imagerie spécifiques, l'un des nombreux effets perceptibles du Reiki : l'augmentation de température de certains membres du corps du praticien de Reiki (notamment les mains) pendant une séance de Reiki.

 

I. Le point de vue de l'enseignante de Reiki

Je souhaitais depuis longtemps pouvoir "objectiver" d'une façon ou d'une autre certains effets du Reiki, car nous, "Reikisseurs" (c'est le terme que j'ai inventé, désignant tous ceux qui pratiquent cette technique, professionnels ou non) sentons beaucoup de choses dans nos membres, lors d'une séance, mais rien ne nous confirme une réalité "physique". Si ce n'est ce que nous en disent les receveurs de la séance, qui en général vont beaucoup mieux après celle-ci !

De plus, j'ai toujours eu dans mon entourage des personnes, disons de tempérament scientifique (mes fils, mon compagnon…), qui par nature et formation, "doutent" de tout cela… C'était donc très stimulant pour moi ! Et moi-même, à la fois intuitive et cartésienne, j'adore voir valider par la science ou la technique un certain nombre de postulats des traditions anciennes et notamment celles venues d'Orient qui nous parlent, entre autres choses, d'énergie vitale.

Nous avions déjà, avant cette expérience, réalisé des prises de vue infrarouge sur mes mains seules, avant et pendant le déclenchement de l'énergie Reiki ; c'était déjà très probant.

Je souhaitais donc vérifier cette expérience avec plusieurs Reikisseurs, qui donneraient en même temps de l'énergie à un receveur allongé sur une table. Y aura-t-il une augmentation de température des mains (et peut-être aussi d'autres parties du corps), entre "l'avant" et le "pendant" la séance ?

Merci donc, pour leur participation active et motivée à : Mona (Francis), Sylvie, Nathalie, Romain, Céline, Monique, Simona, Brigitte, Evelyne, Corinne et Ariane.

 

II. Le protocole Reiki utilisé :

  • 2 groupes de 6 praticiens chacun (initiés à différents degrés de Reiki, du 1er au 3e), donnant ensemble une séance à un bénéficiaire (différent à chaque fois pour les 2 groupes)
  • Durée de la séance : 10 à 11mn
  • Les praticiens au départ ne canalisent pas l'énergie, et le groupe est filmé dans cet "état", en caméra infrarouge thermique, autour de la table où est allongé le receveur
  • A mon signal, le groupe déclenche la canalisation d'énergie et commence la séance
  • Le groupe est filmé ensuite durant la séance, sur une dizaine de minutes, en "état" de canalisation
  • A mon signal, tous arrêtent ensemble la séance.

 

III. Aspects techniques de l'expérience, réalisés et commentés par Patrice :

L'expérience a été menée avec une caméra infrarouge thermique OPTRIS 450 PI Lightweight (www.optris.com). Si vous souhaitez en savoir plus sur la technique, vous pouvez aller consulter : http://fr.wikipedia.org/wiki/Thermographie

La PI 450LW calcule la température de surface basée sur l'énergie infrarouge des objets. Le détecteur à deux dimensions de surface focale plane permet en 382 pixels X 288 pixels la mesure d'une surface affichable en utilisant diverses palettes de couleurs.

Le montage utilisé : la partie optique de la caméra a été fixée sur un pied photo et réglée à la bonne focale pour le maximum de netteté. L'enregistrement du film s'est fait en même temps que la visualisation par la partie du groupe qui ne pratiquait pas.

Les images suivantes ont été extraites du film ; elles ont trait à deux types d'expériences différents et sont relatives au même groupe, mais des résultats similaires ont eu lieu sur l'autre groupe.

Première expérience :

Le point le plus chaud de l'image est figuré par un réticule rouge et la température est également affichée en haut à droite de l'image. Le point le plus chaud est aussi affiché dans la fenêtre en haut à droite. Juste en dessous on voit l'échelle de couleur utilisée (bleu = froid, blanc = chaud).

La partie histogramme est également intéressante car elle détermine la répartition des chaleurs par rapport à une valeur moyenne.

Voir les images correspondantes ci-dessous :

1.

Sur cette première image prise 1 minute 53 secondes après le début de l'expérience, comme sur les suivantes le point le plus chaud de l'image est matérialisé par un réticule rouge, sa température est affichée et se situe au niveau d'un bras d'un praticien.

 

2.

Sur cette seconde image extraite 4 minutes 41 secondes après le point chaud s'est déplacé sur le visage d'un praticien. L'histogramme se déplace vers le "chaud".

 

3.

A 4 minutes 52 secondes le point chaud se déplace vers les mains d'un praticien et le visage du client ; néanmoins cette température est inférieure à la température de l'image précédente. L'histogramme continue à se déplacer vers le chaud.

 

4.

Le point chaud reste fixé au même endroit et la température monte.

 

5.

La température continue de monter et reste au plus chaud sur la main d'un praticien.

 

6.

Toujours le point chaud au niveau des mains d'un praticien. L'histogramme est bien déplacé vers la gauche.

 

7.

Les praticiens montrent la paume de leurs mains, les creux sont les points les plus chauds.

 

8.

A 9 minutes la température est maximale.

La prise de vue est stoppée à 10 minutes.

 

Seconde expérience :

Les logiciels associés à la caméra permettent d'enregistrer une image dite de référence et ensuite de calculer le delta de température entre cette image de référence et d'autres images.

Cette possibilité est utilisée ici car les praticiens ne bougeant pas ou peu et la caméra étant sur trépied, on peut donc superposer facilement les images et analyser l'historique des variations de température.

9.

Voici l'image de référence prise à un peu plus de 2mn, le point chaud est déjà sur la main d'un praticien.

 

10.

Le point chaud s'est déplacé sur la main d'un autre praticien avec une différence de température par rapport à la référence de 9°53C.

 

11.

Les paumes montrent une différence de 10°87 par rapport à la référence, mais cette donnée est à traiter avec réserve car les deux images sont différentes.

 

12.

La différence de plus de 10° s'exprime au niveau d'un visage (celui d'un praticien) à la septième minute.

 

Conclusions :

On constate qu'à environ 4 mn après le début de l'enregistrement, le point chaud migre des visages ou des avant-bras vers les mains des praticiens et vers le patient.

On constate également qu'un praticien est "plus chaud" que les autres.

On constate qu'au bout de 10 à 11 mn, il ne se passe plus grand chose comme évolution thermique, la température au mieux se stabilise, voire baisse un peu.

On constate que le delta de température pour les mains d'un praticien peut atteindre 10°C entre le début de l'expérience et l'apogée.

Les images présentées là sont néanmoins assez réductrices du phénomène, qui a été filmé à deux reprises dans son intégralité, des mesures sur le film lui-même permettent de vérifier les évolutions de températures sur chacun des praticiens. Il y a bien chez chacun une augmentation de la température des mains (et du visage), et ces variations sont variables selon les individus.

 

IV. La conclusion de Nicole

J'ai été extrêmement satisfaite de pouvoir visualiser ces effets du Reiki sur la température des membres des donneurs et confirmer ainsi ce que nous ressentons parfaitement en séance (sur nous ou sur d'autres personnes) : démarrage des changements de température environ 2 minutes après le début de l'envoi d'énergie, puis déplacements successifs des points les plus chauds sur différentes parties du corps des donneurs, variations d'élévation de température entre ceux-ci. De plus, d'autres images du film le montrent, on a aussi vu augmenter la température de certaines parties du corps des receveurs (cuisses, thorax notamment).

 

Evidemment cette expérience pose beaucoup de questions :

Les écarts d’élévation de température entre les différents praticiens sont-ils liés :

  • A leur "degré" d'initiation et de pratique du Reiki ?
  • A l'intensité ou à la "qualité" de leur intention durant cette séance-là ? A leur état mental ?
  • A une réceptivité différenciée, sous leurs mains, des zones concernées du corps du receveur ?

Les variations de température pour un même "Reikisseur" sont-elles liées :

  • A son état mental ou aux réactions du champ d'énergie du receveur ?
  • Etc.

A toutes ces questions, et d'autres aussi, je n'ai pas les réponses, bien sûr… Mais elles seront peut-être accessibles un jour !

Et en attendant, je continue de pratiquer (sans me poser ces questions lors d'une séance !) cette merveilleuse technique qui est aussi, bien plus que cela, une philosophie de vie…

Nicole TENOUX

Patrice MORGALLET

Enseignante et praticienne Reiki Usui

http://reikienergia.unblog.fr

 

Posté par Isabelle Laporte à 06:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 décembre 2016

Certains assimilent le Reiki à une secte qu'en est-il ?

 

le maitre

 

 Certains assimilent le Reiki à une secte qu'en est-il ?

 

Le Reiki est une technique, ce n'est pas une secte.
Mais comme pour toute pratique spirituelle il faut rester vigilant que sa pratique ne soit pas récupérée par un groupe sectaire ni par un gourou (une personnalité paranoïaque + un esprit brillant + un sens aigu de la séduction et de la communication et des tendances mégalomanes + le mythe de persécution et une agressivité omniprésente + une imagination sans limite.)

Carole NORMAND  - Quebec


La pratique du Reiki c'est justement la liberté...
pas l'"emprisonnement" dans une secte.

Maud COSSURELLE – France


Le Reiki ne peut pas être une secte. Malheureusement, il faut reconnaitre qu' il y a des gens qui ont utilisé ses valeurs et sa pratique dans leur secte. Ceci n'est pas l'intention du Reiki, au contraire, le Reiki aide à libérer l'esprit et le cœur. Il ne doit pas être utilisé pour des buts inférieurs, matériels ou de pouvoir.

Mona C. HAUSER – France


Une secte est un groupe de personnes rassemblées autour d'une personne (style gourou). Or à ce jour le Reiki est reconnu comme une méthode de soin holistique individuel et donc pas assimilé à un groupe.

Joelle MENDE – France


Certains voient des sectes partout, le Reiki n'est relié à aucune doctrine, aucun gourou et ne sert pas à diriger l'esprit. C'est un enseignement comme le yoga, le tai-chi etc...

Le titre de maître Reiki peut faire penser à une secte mais il y a là une confusion puisque le terme maître a été repris tel quel du Japon et cela signifie tout simplement "enseignant" ou "maître en la matière" et non gourou.

Sandra REYMOND – Suisse


L'époque de "la chasse aux sorcières" fait qu'en France par exemple, une confusion règne et associe assez souvent le Reiki à un aspect sectaire. Le bon côté de cela est que les personnes sont amenées à être plus vigilantes. Le moins bon côté est que la reconnaissance du Reiki est délicate, lente. De plus, il faut être conscient que certains maîtres peuvent avoir été initiés trop rapidement, sans avoir travaillé suffisamment sur eux mêmes, ce qui peut entrainer des "dérives"... Il est important de bien discuter avec un enseignant Reiki, avant de choisir d'être initié par lui.

Jean-Luc JEANTIEU - France


Chacun est libre de faire ses pratiques comme il veut quand il veut, il y a une éthique de respect, bien entendu, mais personne n'est obligé de suivre une personne ou une autre. Moi, mes étudiants me suivent parce qu'ils le veulent mais ils sont libres de partir quand ils le veulent. Quand je vais donner une conférence en dehors de mon pays et que j'initie des gens, ces gens-là je ne les revoie plus très souvent, ils sont libres.
Non le Reiki est une énergie universelle, pas une secte.

Lise St AMAND - Suisse


Le Reiki ce n'est pas une religion, ni une croyance son but ne consiste pas à endoctriner ou à enfermer les personnes. Il  est tout simplement un merveilleux outil vers la liberté et l'autonomie de chaque être humain.

Il est pratiqué, par des bénévoles et par des professionnels de santé dans toutes sortes d'établissements. Il est aussi pris en charge par certaines mutuelles.

Bien que le Reiki ait été d’abord utilisé par des praticiens sans formation médicale, il est de plus en plus utilisé par des équipes soignantes.

Il fût d'abord pratiqué et enseigné à ces équipes soignantes, et par la suite introduit dans différents services d'oncologie, gériatrie, soins palliatifs, pédiatrie, obstétrique...

Aujourd'hui il est pratiqué dans certains hôpitaux  et cliniques en France, la Timone à Marseille, La Clinique Bois-Bernard(62), Le Centre hospitalier de Briançon.

Et un peu partout dans le monde: Le Ramón y Cajal à Madrid, Le UCLH à Londres, Le Children Hospital à Boston, St Edwig à Berlin et bien d'autres en Belgique, en Suisse, aux Etats Unis, en Angleterre, en Amérique Latine au Canada. La liste détaillée serait très longue.

Shiloah


Le Reiki n'est pas une secte, ni une religion. Il est indépendant de toutes confessions, il ne contredit aucun dogme religieux ou méditatif, c'est tout simplement une thérapie Holistique, qui traite à la fois le corps et le mental.

Eliane LIRAUD – France


En ce qui concerne les sectes et le Reiki, vous ne pourrez pas empêcher un adepte de secte de se faire initier au Reiki et de pratiquer sous le couvert de sa secte.
Mais le Reiki ne nous appartient pas, nous avons avec l'initiation la possibilité de transmettre cette énergie merveilleuse d'Amour Inconditionnel.

Je voudrais simplement que les personnes qui veulent se faire initier soient assez raisonnables pour bien réfléchir avant de prendre une décision, car le Reiki n'est pas une fabrique de guérisseurs et chacun doit rendre également conscience que la spiritualité ne s'achète pas, qu'il faut une réelle réflexion, et que l'on n'entre pas dans le Reiki comme pour combler un caprice.

VARA-SAKHI – France


Dans la discussion actuelle au sujet des sectes, il est parfois aussi question des médecines douces et alternatives, souvent d’une façon polémique et peu différenciée. Une analyse objective de l’enseignement et de la pratique du Reiki démontre que cette méthode ne correspond à aucun des critères qui sont généralement appliqués pour définir une secte. Les plus importants de ces critères sont :

1. L’exclusivité : les adeptes doivent adhérer à un système de croyances qui est présenté comme la vérité absolue.

2. L’autorité : les adeptes doivent se soumettre à l’autorité d’un gourou, d’une hiérarchie ou d’une organisation.

3. Le contrôle : l’organisation contrôle le mode de vie des adeptes, par exemple, leurs relations, leurs activités, l’alimentation, etc.

4. L’engagement : les adeptes doivent fournir des contributions financières régulières, travailler et militer pour l’organisation.

 

Point par point, qu’en est-il en ce qui concerne le Reiki ?

1. Le Reiki n’est pas une religion ou un système de pensée, mais une méthode naturelle de soins au service de la vie. Sa pratique est indépendante de toute croyance ou appartenance religieuse : chaque pratiquant est libre de croire, penser et dire ce qu’il veut et de suivre ses propres convictions.

2. Le Reiki n’a pas d’autorité centralisée et n’est pas structuré sous la forme d’une organisation. Il n’y a personne qui revendique le statut d’autorité suprême ou unique. Les enseignants du Reiki sont indépendants et ne fonctionnent pas comme guides spirituels, mais simplement comme praticiens expérimentés de la méthode de soins qu’ils transmettent.

3. La liberté personnelle des pratiquants du Reiki, leur style de vie et leurs relations familiales sont respectés et entièrement laissés à la propre responsabilité de chaque individu.

4. En dehors du prix des stages de formation, comparable à ceux de formations équivalentes, massages et autres thérapies corporelles par exemple, aucune contribution en espèces ou sous forme de travail et aucun autre engagement personnel n’est demandé aux pratiquants de Reiki.

R. Gaensslen


L'UNADFI ("L'Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l'Individu") fait le point sur le Reiki :

Y a-t-il des dérives possibles ?
Étant une technique, le Reiki ne peut pas désigner un groupe sectaire comme certains le pensent et l’affirment. Seulement, dans certains cas, selon de nombreux témoignages, sa pratique peut s’avérer dangereuse : le Reiki peut être l’objet d’utilisation abusive, détournée de sa visée thérapeutique et récupérée à des fins de mise sous influence et de mise sous dépendance durable par certains groupes.

Ce que nous en pensons :
Il est à noter que certains effets, décrits ci-dessus, ne sont autres que ceux rapportés par les usagers et guérisseurs de chez nous. Il faut s’interroger sur l’école de formation du maître Reiki qui initie, distinguer les pratiques sérieuses et enrichissantes des pratiques manipulatoires et, s’il s’agit d’un groupe, s’informer sur celui-ci et son fondateur

L'UNADFI n'a reçu aucune plainte d'ex-adeptes forcés ou manipulés mentalement. L'incitation à participer aux stages est à l'heure actuelle assimilable à de la publicité. Les anciens stagiaires continuent généralement de recevoir, de la part de leur maitre, des "offres" de stages pour les degrés supérieurs (au moins le deuxième).

Le Reiki est donc dispensé dans la grande majorité des cas, au titre de la formation professionnelle, par des maitres exerçants en profession libérale, et de façon indépendante. Si les dérives sont possibles, et sont même parfois notées comme ci-dessus, elles ne permettent pas de placer le Reiki ou la grande majorité de ses maitres et adeptes parmi les sectes. En réalité, le paysage du Reiki est des plus divers: de la formation professionnelle tournée vers un bénéfice supposé immédiat pour l'élève et dispensée par des maitres croyant ou pas en leur "produit", à des démarches plus spirituelles liées au "new-age" ou au bouddhisme ésotérique.

 

secti

---> Comme le note l'UNADFI sur son site internet, il convient de se renseigner sur "l'école" du maitre et sur sa "réputation", avant d'entreprendre toute démarche avec lui. Il existe par ailleurs une bibliographie assez importante en grandes surfaces spécialisées, ce qui dénote d'ailleurs d'une certaine transparence et qui permet de se renseigner avant toute démarche.

Reikido France


Du moment que vous êtes légalement déclaré, inscrit à l’URSSAF, que vous payez vos impôts et que vous ne vous substituez pas au rôle du médecin, vous avez le droit de pratiquer et d’exercer le Reiki, notamment dans le cadre d’une profession libérale.

D’autre part, selon les articles 18 et 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, "toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit."

"Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes."(Article 12)

Afin de donner une reconnaissance officielle au Reiki, notamment auprès de certaines caisses complémentaires d’assurance maladie, et d’éviter l’amalgame avec les sectes, certaines associations ont été créées. Certaines comme le CERT ou la LFRU, tentent maintenant de regrouper la majorité des enseignants traditionnels de Reiki francophones. L’adhésion y est rigoureuse, et le choix des inscriptions, sélectif.

"Reiki - Ouvrir le coeur, Éveiller l'esprit", paru aux Éditions du Rocher

 


La pratique du Reiki est une pratique à 'risques' si elle est utilisée par des personnes qui sont dans le pouvoir et non dans le respect et l'amour de l'autre. Ce n'est donc pas le Reiki qui peut être dangereux mais la, ou les personnes qui le pratiquent.

Il est necessaire de rester clair dans ses intentions, et de suivre les idéaux de Reiki ainsi que les Fondamentaux.

Sinon, le pratiquant Reiki risque fort de partir vers un mauvaise pente qui lui coutera cher....

Gardez toujours votre libre arbitre face à un praticien ou un enseignant !


L'enseignant de Reiki est là pour guider le praticien dans sa pratique et non pour devenir son maître spirituel.

Lorsque l'on vous enseigne le Reiki, vous devez apprendre à faire la part des choses entre ce qui appartient à la pratique de la méthode Reiki et ce qui appartient à la croyance de votre enseignant.

Celui-ci peut tenter de vous imposer ses propres croyances et vous démontrer que lui seul détient la vérité.

Si vous rencontrez un enseignant de Reiki qui tient à vous imposer ses croyances, un rapport de domination, une pression morale et/ou financière, le Reiki devient alors la cible potentielle d'une dérive sectaire.

Plusieurs témoignages de praticiens Reiki démontrent que certains enseignants de Reiki profitent de cette pratique pour manipuler leurs élèves.

L'image du Reiki est ainsi ternie par des enseignants avides de pouvoir et qui ne souhaitent qu'une chose : nourrir leur égo.

Vous devez être vigilant lorsque vous choisirez votre enseignant qui vous accompagnera tout au long de votre formation au Reiki.


Le Reiki étant une méthode ou technique énergétique que plutôt un dogme ou une doctrine. Il n'est rattaché à aucune école religieuse. Mais certains maîtres enseignants peuvent y rattacher leurs façons de voir le monde. Mais tant qu'ils respectent l'autonomie de leurs élèves et leurs choix il n'y a pas de problème. Dans le cas contraire, il faut rapidement s'en éloigner en toute objectivité, comme dans d'autres relations de la vie de tous les jours. Ce phénomène d'emprise sectaire peut exister dans d'autres activités et même dans la vie professionnelle.

C'est à nous d'être vigilant sans tomber dans une chasse aux sorcières sans fondement.


« Attention, la médecine a beaucoup à apprendre des médecines parallèles. Elle gagnerait à plus de modestie et à davantage d’écoute. Même si leur efficacité n’est pas toujours prouvée, les médecines parallèles peuvent donner de l’espoir. Il est scientifiquement établi aujourd’hui que la force morale et la volonté du patient jouent un rôle important dans la lutte contre la maladie. Mais il faut être extrêmement vigilant : les médecines parallèles sont parfois perpendiculaires lorsqu’elles excluent la médecine allopathique », a souligné le Docteur Régis Aubry, responsable des soins palliatifs du C.H.U. Besançon, lors d'un compte-rendu d'une conférence du CCMM - Centre Contre les Manipulations Mentales - sur les "médecines parallèles".


 

Dérives sectaires : que dit la loi ?

Les critères sectaires :

  • la déstabilisation mentale
  • le caractère exorbitant des exigences financières
  • la rupture avec l’environnement d’origine
  • l’existence d’atteintes à l’intégrité physique
  • l’embrigadement des enfants
  • le discours antisocial
  • les troubles à l’ordre public
  • l’importance des démêlés judiciaires
  • l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels
  • les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.

Un seul critère ne suffit pas pour établir l’existence d’une dérive sectaire et tous les critères n’ont pas la même valeur. Le premier critère (déstabilisation mentale) est toutefois toujours présent dans les cas de dérives sectaires.

Comment déceler l’influence sectaire en matière économique et financière ?

  • acceptation d’exigences financières de plus en plus fortes et durables
  • engagement dans un processus d’endettement
  • legs ou donations à des personnes physiques ou morales en lien avec le groupe auquel appartient la victime
  • obligation d’acheter ou de vendre certains matériels ou services comme condition incontournable d’appartenance au groupe
  • participation à des conférences, stages, séminaires, retraites, en France ou à l’étranger
  • existence d’escroquerie ou de publicité mensongère sur les qualités substantielles d'un produit ou d'un service

Si la maladie est un point d’entrée facile pour les mouvements à caractère sectaire, toute dérive thérapeutique n’est pas forcément sectaire.

La dérive thérapeutique devient sectaire lorsqu’elle essaie de faire adhérer le patient à une croyance, à un nouveau mode de pensée. Prétextant l’inutilité des traitements conventionnels, le pseudo-praticien va demander au patient d’avoir toute confiance en lui car lui seul peut proposer la méthode « miracle » apte à le guérir. Il y a un endoctrinement, une sujétion psychologique qui le conduit petit à petit à rompre avec la médecine, puis avec sa famille et son environnement. Le gourou thérapeutique propose ainsi non seulement de soigner, mais aussi de vivre autrement. Il se présente comme le détenteur d’une vérité. Tous ceux qui se mettent en travers de son chemin sont accusés soit de retarder la guérison, soit même d’être à l’origine de la maladie, d’où la rupture du malade avec ses proches et ses amis. Isolé, ce dernier va se retrouver encore plus facilement sous la coupe du « dér-apeute » qui va l’amener progressivement dans un processus d’adhésion inconditionnelle à sa méthode, en lui proposant la vente d’ouvrages, la participation à des stages payants ou à des retraites coûteuses, le plus souvent à l’étranger, voire en l’orientant vers d’autres praticiens déviants.

La dérive thérapeutique à caractère sectaire s’accompagne donc d’un mécanisme d’emprise mentale destiné à ôter toute capacité de discernement au malade et à l’amener à prendre des décisions qu’il n’aurait pas prises normalement.

Qu'est-ce qu'une dérive sectaire ?

Sur la base de l’expérience de la Miviludes, qui reçoit quelques 2 000 signalements par an, la dérive sectaire peut être définie comme suit :

"Il s'agit d'un dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion qui porte atteinte à l'ordre public, aux lois ou aux règlements, aux droits fondamentaux, à la sécurité ou à l’intégrité des personnes. Elle se caractérise par la mise en œuvre, par un groupe organisé ou par un individu isolé, quelle que soit sa nature ou son activité, de pressions ou de techniques ayant pour but de créer, de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique, la privant d’une partie de son libre arbitre, avec des conséquences dommageables pour cette personne, son entourage ou pour la société."

 

le maitre

 

Ecoutez mais soyez sceptique !

Gardez toujours votre libre arbitre !

 

 

 

Posté par Isabelle Laporte à 18:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 décembre 2016

Suisse : où en est le Reiki aujourd'hui ?

 

 

Suisse : où en est le Reki aujourd'hui ?

 

swiss reiki

 

Reiki Interview : Francis Vendrell, Président de SwissReiki -
Où en est le Reiki aujourd'hui?

L'Association SwissReiki a été créé le 4 juin 2010. Elle organise régulièrement des activités et travaille sans cesse pour la promotion de la thérapie Reiki en Suisse. Actuellement, SwissReiki construit le "dossier d'identification pour la méthode" (IDMET) afin de faire reconnaitre la méthode du Reiki en tant que "pratique règlementée", au niveau fédéral.

Le contexte social et légal diffère évidemment selon les pays. La Suisse n'étant pas membre de l'Union Européenne, cela renforce sa spécificité. La Suisse est de plus à la pointe dans le développement des thérapies complémentaires et alternatives (mis à part dans les hôpitaux). Elle vit actuellement une période de profonde mutation dans ce domaine. Nous pensons que notre association se doit de participer activement à ces transformations afin de défendre au mieux la méthode du Reiki et ne pas rester sur le bord de la route. Plutôt qu'une association francophone voire internationale, SwissReiki est une association nationale et multilingue, ce qui la rend en adéquation avec la réalité suisse.

L'objectif de SwissReiki est de rassembler les praticiens en Reiki suisses au-delà de toute lignée, système ou école. Chacun peut dès le 1er niveau adhérer à l'association.

http://www.swissreiki.org/

 

Le Reiki, pour soulager la douleur chronique"
Etude effectuée au CHUV à Lausanne par Sylvie Furrer, infirmière :

Soins_infirmiers_12_2015_Sylvie_Furrer_Le_Reiki_pour_soulager_la_douleur_chronique

Une enquête de satisfaction auprès de patients douloureux chroniques montre que cette démarche est appréciée et efficace.

 

 

 

Posté par Isabelle Laporte à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 décembre 2016

L'énergie du Karuna


L'énergie du Karuna...

 

Reiki Usui : Energie de l'Eveil
Reiki Karuna : Energie de l'Elévation

 

Révéler sa nature profonde - Guérir sa partie sombre

De temps en temps, nous vivons de mauvaises expériences, des expériences pénibles, ou même humiliantes. Nous avons tous entendu dire que l’on se crée sa propre réalité, pourtant nous ne savons pas toujours comment nous avons créées ces expériences, ou ce que nous devons faire pour y mettre fin.

Un sentiment de désarroi peut alors nous envahir car il nous semble que quelqu’un ou quelque chose, hors de nous, créé intentionnellement ces expériences négatives.

En fait, ces expériences se manifestent à travers les parties conscientes de notre être, mais aussi les parties inconscientes. C’est ces dernières qu’il faut être disposé à traiter, si vous voulez arrêter de reproduire ces mauvaises expériences.

La partie de l’esprit qui créé ces mauvaises expériences s’appelle la partie sombre de soi-même. Cette partie sombre est créée lorsqu’on refuse d’accepter des sentiments "catalogués" comme inacceptables.

Souvent dans notre société et au cours de notre éducation, on entend dire, "ne fais pas ça", ou "ne dis pas ça", ou "ne sois pas comme ça", par contre, personne ne nous apprend comment résoudre nos sentiments négatifs d’une façon raisonnable. Notre seule façon de les éliminer est donc de les nier et de les cacher dans notre moi profond, en repoussant la responsabilité de nos problèmes sur les autres. Malheureusement, ce processus de dénégation ne règle en rien ces sentiments négatifs ; par contre, il les ancre encore plus profondement au fond de nous même, là où ils vont continuer d’affecter notre comportement.

A un moment donné, certains d'entre nous ont choisi de se faire initier au Reiki afin d'être aidé sur un chemin d'éveil de plus en plus conscient. Après les initiations, beaucoup de personnes arrivent à réaliser rapidement des transformations spectaculaires dans leur vie et s'attendent à continuer dans ce même rythme. Malheureusement, parmi les choses qui nous en empêchent, se trouvent nos propres schémas inconscients de comportement qui se sont formés peu à peu, depuis notre enfance la plus tendre, en raison des codes de conduite transmis par notre famille, nos différents éducateurs, et en relation avec les différentes expériences de la vie. Ce sont nos blessures d'âme, telles que décrite par Lise Bourbeau.

 

Le Reiki Karuna®

Jusqu'au début des années '90, nous ne connaissions qu'un seul système de Reiki "méthode de guérison par l’énergie" – le Reiki Usui – tel que nous l'avaient transmis Mikao Usui, le Dr Hayashi et Mme Takata. Mais voilà que vers la fin de l'année 1990, deux Maîtres Reiki américains, Marcy Miller et Kathleen Milner, par un concours de circonstances plutôt inhabituel, "reçoivent" trois symboles.

Cet événement apporte une nouvelle ouverture dans le monde du Reiki.

Peu de temps après, d'autres personnes aux USA sont "touchées" par ce même phénomène et très rapidement cinq autres symboles sanscrits sont reçus dans des circonstances similaires. Ces huit symboles commencent alors à circuler dans l'univers du Reiki. Au fur et à mesure que les gens les reçoivent en initiation, ils s'aperçoivent de leur potentiel de guérison, de l'intensité de l'énergie de ces symboles et des transformations qui ont lieu dans leur propre vie.

Le système Reiki Karuna a été mis en place en 1995 par William L. Rand, Maitre Reiki Usui exerçant aux Etats Unis. Ayant découvert que ces symboles sanscrits étaient très puissants et aidaient à retrouver l’enracinement à la terre, il a su combiner intuition et méditation, avec un travail de synthèse de différentes méthodes de traditionnels (tibétain, autres cultures,…) pour mettre en place un nouveau système de guérison Reiki.

Dans une méditation, William "entend" le mot Karuna. Il ne connaît pas ce mot mais quand il découvre que c'est un mot sanscrit qui signifie Compassion, il sait qu'il a trouvé exactement le nom que ce nouveau système de Reiki devait porter.

Karuna est un mot employé dans l’hindouisme, le bouddhisme et le zen. Il est utilisé pour décrire toute initiative visant à amoindrir la souffrance des autres et signifie "action de compassion". Il désigne l’action de guérir et de répandre la compassion de l’Univers sur toute la création.

Développer le Karuna / Compassion en soi-même, est hautement bénéfique : on devient plus réceptif et ouvert aux énergies curatives. En aidant les autres, on s’aide soi-même ; en s'aidant soi-même, on aide les autres.

William L. Rand a ainsi développé un nouveau cadre de formation et d'initiation, complémentaire au Reiki de Mikao Usui pour lequel il a déposé un label : le Reiki Karuna®. Le Reiki Karuna® ne peut être enseigné que par des maîtres agréés de Reiki Karuna® qui se doivent de respecter une charte éthique et pédagogique spécifique fixée par le ICRT (International Center For Reiki Training), dont William Lee Rand est lui-même Président. La marque déposée qu'il a obtenu n'est pas sur l'énergie - on ne peut pas posséder l'énergie ! Elle n'est pas sur les symboles non plus – les symboles appartiennent à tout le monde !  Elle concerne le système en soi et le nom : le Reiki Karuna®, le protocole d'initiation et le Manuel. Si quelqu'un souhaite utiliser ces symboles d'une façon différente il est parfaitement libre ; mais, dans ce cas-là, il ne pourra pas utiliser le nom de Reiki Karuna®.

 

Le Reiki Karuna Ki

Le Reiki Karuna Ki est similaire au Reiki Karuna®, mais. il est libre d’enregistrement. Les Maîtres de Reiki qui le pratiquent sont des Maîtres indépendants. Leurs élèves n’ont pas besoin de s’enregistrer pour pratiquer le Reiki Karuna Ki, ni pour l’enseigner.

Choisir l’une ou l’autre de ces formations est un choix personnel.

 

 

Reiki Usui : Energie de l'Eveil
Reiki Karuna : Energie de l'Elévation

En regardant les effets des symboles Karuna, nous réalisons qu'ils ont une connexion directe avec les cinq Idéaux du Reiki de Mikao Usui : se débarrasser de la préoccupation, de la colère et de la haine, être un co-créateur de plus en plus conscient, être honnête avec les autres et spécialement avec soi-même, comprendre le sens de la vie dans son grand dessein. Ces cinq idéaux s'opposent à nos schémas inconscients et la majorité d'entre nous a des difficultés à vivre les Idéaux pleinement et en permanence.

L'énergie du Karuna est une énergie plus forte, plus enveloppante que celle du Reiki Usui. Les sensations qui y sont liées sont particulières. Son énergie travaille aux niveaux émotionels et spirituels et aident également à rester enracinés.

Il s'appuie sur un travail du son et de la voix. Il permet de connecter des énergies spécifiques à partir de mantras et de mudras traditionnels, qui sont chantés à voix haute ou intérieurement. Ce Reiki fait partie des approches de musicothérapie. Il facilite la libération des tensions énergétiques et favorise un profond sentiment de compassion. Lors d'un soin de groupe, les mudras sont chantés en canon.

 

Il permet de travailler en profondeur sur :

  • Les mémoires cellulaires et  les mémoires karmiques.
  • Les relations avec les autres.
  • L’ancrage.
  • La clarté d’esprit pour améliorer création, communication.
  • La réalisation des projets.
  • L’élimination des influences nocives entravant la liberté d’action.
  • La guérison de la partie sombre de soi-même
  • La sérénité et la paix intérieure.

 

Programme

Le Reiki Karuna Ki, comme le Reiki Karuna®, comprend 2 niveaux :

    1 - Praticien, avec 8 symboles ayant chacun une vibration et une action spécifique.  2 jours.

Le premier symbole prépare le client à une guérison profonde et est utile pour le travail sur le passé. Il aide à libérer le karma et les problèmes installés très profondément au niveau cellulaire.

Le deuxième symbole guérit en profondeur en brisant les schémas mentaux que nous utilisons de façon inconsciente pour nous isoler de la vérité. Il guérit notre partie sombre.

Le troisème symbole emplit la personne d'amour et rétablit l'équilibre.

Le quatrième symbole termine le traitement en ré-amenant le client vers son corps et en le ré-enracinant.

Les 4 autres symboles de Karuna Praticien vibrent à une fréquence plus haute.

Ils nous aident à nous connecter directement à notre Soi supérieur et à travailler plus en profondeur. Ils ont également des utilisations spécifiques qui sont enseignées durant la formation.

Pour être initié au Reiki Karuna Ki niveau Praticien, il faut être initié au Reiki Usui niveau III depuis plus de 6 mois et avoir pratiqué régulièrement avec le symbole du Maître.

Certains enseignants scindent le niveau Praticien en deux, mais ce n’est pas une obligation.

 

     2 - Maitrise, avec 4 symboles supplémentaires. 2 jours

Pour être initié au Reiki Karuna Ki niveau Maitrise, il faut être initié au Reiki Usui niveau Maitrise depuis plus de 6 mois.

 

 

Prochaines dates de stage Karuna Ki  : sur demande

Tarif : 320€  la session praticien

Inscription_Reiki_Karuna_Ki_Praticien

 

Reiki Toulouse, reiki.toulouse, reiki-toulouse, reiki, reiki, formation, magnétisme, bien être, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, Blagnac, Aucamville, Gagnac, saint Jory, Grenade, Castelginest, Launaguet, Saint Génies, l’Union, médecine douce, technique, annuaire, forum, minimes, stage, annuaire, espace, harmonisation énergétique, échange, énergie, guérison, maladie, relaxation, détente, dépression, auto-immune, défense, témoignage, médecine alternative, atelier, degré, thérapeute, praticien, maitre, master, technique japonaise, Usui reiki Ryoho, stage, information, séance, méditation, prix, banlieue toulousaine, agglomération toulousaine, haute Garonne, Mikao Usui, enseignement, homme énergétique, énergie universelle, Isabelle Laporte, FFRU, technique d'imposition des mains, receveur, donneur, relaxation, quantum touch, pratique bien-être, la voie du cœur, reiki forum, développement personnel, pratiquer à Toulouse, inscription, pas cher, chakras, symboles, karuna, karuna, karuna, karuna, karuna, karuna

Posté par Isabelle Laporte à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 novembre 2016

SNPER - Syndicat National des Praticiens et Enseignants du Reiki

Syndicat National des Praticiens

et Enseignants du Reiki

Syndicat-Reiki-3-rond-OFFICIEL

Le Syndicat National des Praticiens et Enseignants du Reiki est né de la rencontre de deux maîtres enseignants : Edith Gauthier et Nita Mocanu. Ce fut l’étincelle nécessaire à ce que le projet en gestation depuis deux ans, naisse enfin concrètement, grâce aux encouragements de Nita.

Son but est de regrouper sous une même bannière les personnes pratiquant ou enseignant le Reiki en tant que professionnels, ou non professionnels, toutes Écoles de la lignée Usui confondues, dans l’ouverture d’esprit et le non-jugement qui sont la marque même du véritable enseignement du Reiki. Donc tout le monde peut s’y inscrire et figurer sur la carte des membres, comme professionnel, ou non professionnel.

La naissance d’un syndicat est un moment fort pour la profession qu’il représente, un moment historique pour les praticiens et les enseignants, et les futurs praticiens ou enseignants de Reiki. Il "rassemble ce qui est épars" : il gomme notre isolement et unit nos différences dans un même élan et volonté de reconnaissance de notre sérieux et de notre professionnalisme, faisant front aux idées-reçues.

Notre  vœux et notre désir de mettre en lumière  le sérieux  de la pratique et des professionnels du Reiki se réalisent enfin, coupant court aux propos des méconnaissants.

Nous sommes  des professionnels ou des futurs professionnels du bien-être, des pratiques non-médicales, non-thérapeutiques, et nous nous formons constamment aux nouvelles techniques de ces professions, afin de mieux répondre à la demande des personnes qui viennent à nous. Leurs sécurité est notre mot d’ordre !

Cette citation d’Henry Ford  représente bien l’esprit d’un syndicat:

« Se réunir est un début ;
Rester ensemble est un progrès ;
Travailler ensemble est la réussite. »

 

Sa mission :

  1. Rassembler toutes Écoles confondues :

    • Des professionnels dont les compétences sont attestées par leur lignée,
    • Des enseignants,
    • Des praticiens,
    • Des étudiants en Reiki,
    • Des sympathisants.
  2. Garantir :

    • Le sérieux et le professionnalisme de ses adhérents par l’étude des dossiers, des cursus et certifications, des lignées, pour les enseignants et praticiens, avant inscription,
    • Par l’adhésion obligatoire à son code de déontologie et à sa Charte.
  3. Délivrer :

    • Un bulletin d’adhésion aux praticiens et enseignants remplissant ces conditions et leur inscription sur la carte du monde avec la couleur du pin’s correspondant à leur statut,
    • L’autorisation de mettre le logo SNPER sur son site.
  4. Proposer :

    • Une liste d’assurances professionnelles et et différents statuts d’installation.
    • Des modules de formations (non-Reiki)  collatérales au Reiki,  à des prix préférentiels,
    • Une aide juridique par son avocat référent,
    • Un Forum,
    • Une newsletter,
    • Un FAQ,
    • Des alliances et passerelles reliant le monde de la santé et du bien-être sur un plan national et européen,
    • Un tarif préférentiel pour les membres de  La Fédération Reiki Usui : la LFRU.
  5. Aider :

    • Au démarrage professionnel par des conseils,
    • A se défendre avec une aide juridique par la "Commission des conflits" et son avocat référent,
    • A créer des événements par la "Commission événementielle",
    • A se faire connaitre par la "Commission Communication", et par notre Déléguée pour les Territoires et Départements d’Outre-Mer.
    • A se faire reconnaître par des réunions locales.

     

  6. Tenir :
    • Un annuaire à jour, qui favorisera la mise en relation entre particuliers et professionnels installés

    • Une carte de France et des Territoires et Départements d’Outre-Mer des adhérents.

 

Ses objectifs :

  • Créer un diplôme professionnel d’Etat : la certification R.N.C.P. nous permettra de l’obtenir (Plus nous seront nombreux à adhérer au syndicat plus vite cela se fera), puisque ce diplôme atteste de la réalité professionnel du métier,
  • Créer des passerelles nationales et internationales entre le monde du bien-être et celui de la science et du corps médical,
  • Créer des alliances nationales et internationales dans le monde du Reiki,
  • Créer un socle « sécuritaire » de base, commun à tous les professionnels du Reiki toutes Écoles confondues, assurant la sécurité physique, moral et psychologique des personnes qui viennent à eux.

 

Charte et code de déontologie

 

Le syndicat SNPER et la fédération LFRU.

Bien que très proches, nous n’œuvrons pas dans les mêmes domaines, nous sommes en cela totalement complémentaires :

  • Le syndicat SNPER est cantonné dans le "juridique" : information, défense des intérêts professionnels, représentation de la profession auprès des Pouvoirs Publics, etc...
  • la Fédération LFRU œuvre à élaborer un socle d’enseignement commun aux différentes Ecoles de Reiki adhérentes afin de garantir une pratique éthique du Reiki, libre de toute dérive, d’un haut niveau professionnel.

En tant que membres de la Fédération, les praticiens et enseignants de Reiki prouvent leur professionnalisme, et en tant que membres du Syndicat, ils sont  soutenus par un organisme juridiquement solide qui complète le travail de la Fédération, là où elle ne peut pas intervenir.

LFRU et SNPER ont en commun un annuaire de leurs adhérents, le désir de reconnaissance du Reiki comme métier, une réglementation de l’enseignement et du respect d’un programme pédagogique et  aussi des principes éthiques fondamentaux : la traçabilité de l’enseignement de Mikao Usui.

Fédération et Syndicat sont deux entités indépendantes – bien que complémentaires – et l’adhésion à l’une n’implique pas l’adhésion à l’autre. Un Syndicat est libre et indépendant par essence, tout comme une Fédération.

Conscient de l’effort financier d’une double appartenance, S.N.P.E.R. offre aux adhérents de la L.F.R.U. l’adhésion au Syndicat pour un prix modique, et ce pour une année complète.

Vous pouvez adhérer au SNPER ici : www.snper.org/adherer/

 

octobre 2016

https://www.snper.org/

Syndicat-Reiki-3-rond-OFFICIEL

syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU,syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU, syndicat reiki, SNPER, fédération reiki, SNPER, LFRU,

Posté par Isabelle Laporte à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,