30 décembre 2016

Certains assimilent le Reiki à une secte qu'en est-il ?

 

le maitre

 

 Certains assimilent le Reiki à une secte qu'en est-il ?

 

Le Reiki est une technique, ce n'est pas une secte.
Mais comme pour toute pratique spirituelle il faut rester vigilant que sa pratique ne soit pas récupérée par un groupe sectaire ni par un gourou (une personnalité paranoïaque + un esprit brillant + un sens aigu de la séduction et de la communication et des tendances mégalomanes + le mythe de persécution et une agressivité omniprésente + une imagination sans limite.)

Carole NORMAND  - Quebec


La pratique du Reiki c'est justement la liberté...
pas l'"emprisonnement" dans une secte.

Maud COSSURELLE – France


Le Reiki ne peut pas être une secte. Malheureusement, il faut reconnaitre qu' il y a des gens qui ont utilisé ses valeurs et sa pratique dans leur secte. Ceci n'est pas l'intention du Reiki, au contraire, le Reiki aide à libérer l'esprit et le cœur. Il ne doit pas être utilisé pour des buts inférieurs, matériels ou de pouvoir.

Mona C. HAUSER – France


Une secte est un groupe de personnes rassemblées autour d'une personne (style gourou). Or à ce jour le Reiki est reconnu comme une méthode de soin holistique individuel et donc pas assimilé à un groupe.

Joelle MENDE – France


Certains voient des sectes partout, le Reiki n'est relié à aucune doctrine, aucun gourou et ne sert pas à diriger l'esprit. C'est un enseignement comme le yoga, le tai-chi etc...

Le titre de maître Reiki peut faire penser à une secte mais il y a là une confusion puisque le terme maître a été repris tel quel du Japon et cela signifie tout simplement "enseignant" ou "maître en la matière" et non gourou.

Sandra REYMOND – Suisse


L'époque de "la chasse aux sorcières" fait qu'en France par exemple, une confusion règne et associe assez souvent le Reiki à un aspect sectaire. Le bon côté de cela est que les personnes sont amenées à être plus vigilantes. Le moins bon côté est que la reconnaissance du Reiki est délicate, lente. De plus, il faut être conscient que certains maîtres peuvent avoir été initiés trop rapidement, sans avoir travaillé suffisamment sur eux mêmes, ce qui peut entrainer des "dérives"... Il est important de bien discuter avec un enseignant Reiki, avant de choisir d'être initié par lui.

Jean-Luc JEANTIEU - France


Chacun est libre de faire ses pratiques comme il veut quand il veut, il y a une éthique de respect, bien entendu, mais personne n'est obligé de suivre une personne ou une autre. Moi, mes étudiants me suivent parce qu'ils le veulent mais ils sont libres de partir quand ils le veulent. Quand je vais donner une conférence en dehors de mon pays et que j'initie des gens, ces gens-là je ne les revoie plus très souvent, ils sont libres.
Non le Reiki est une énergie universelle, pas une secte.

Lise St AMAND - Suisse


Le Reiki ce n'est pas une religion, ni une croyance son but ne consiste pas à endoctriner ou à enfermer les personnes. Il  est tout simplement un merveilleux outil vers la liberté et l'autonomie de chaque être humain.

Il est pratiqué, par des bénévoles et par des professionnels de santé dans toutes sortes d'établissements. Il est aussi pris en charge par certaines mutuelles.

Bien que le Reiki ait été d’abord utilisé par des praticiens sans formation médicale, il est de plus en plus utilisé par des équipes soignantes.

Il fût d'abord pratiqué et enseigné à ces équipes soignantes, et par la suite introduit dans différents services d'oncologie, gériatrie, soins palliatifs, pédiatrie, obstétrique...

Aujourd'hui il est pratiqué dans certains hôpitaux  et cliniques en France, la Timone à Marseille, La Clinique Bois-Bernard(62), Le Centre hospitalier de Briançon.

Et un peu partout dans le monde: Le Ramón y Cajal à Madrid, Le UCLH à Londres, Le Children Hospital à Boston, St Edwig à Berlin et bien d'autres en Belgique, en Suisse, aux Etats Unis, en Angleterre, en Amérique Latine au Canada. La liste détaillée serait très longue.

Shiloah


Le Reiki n'est pas une secte, ni une religion. Il est indépendant de toutes confessions, il ne contredit aucun dogme religieux ou méditatif, c'est tout simplement une thérapie Holistique, qui traite à la fois le corps et le mental.

Eliane LIRAUD – France


En ce qui concerne les sectes et le Reiki, vous ne pourrez pas empêcher un adepte de secte de se faire initier au Reiki et de pratiquer sous le couvert de sa secte.
Mais le Reiki ne nous appartient pas, nous avons avec l'initiation la possibilité de transmettre cette énergie merveilleuse d'Amour Inconditionnel.

Je voudrais simplement que les personnes qui veulent se faire initier soient assez raisonnables pour bien réfléchir avant de prendre une décision, car le Reiki n'est pas une fabrique de guérisseurs et chacun doit rendre également conscience que la spiritualité ne s'achète pas, qu'il faut une réelle réflexion, et que l'on n'entre pas dans le Reiki comme pour combler un caprice.

VARA-SAKHI – France


Dans la discussion actuelle au sujet des sectes, il est parfois aussi question des médecines douces et alternatives, souvent d’une façon polémique et peu différenciée. Une analyse objective de l’enseignement et de la pratique du Reiki démontre que cette méthode ne correspond à aucun des critères qui sont généralement appliqués pour définir une secte. Les plus importants de ces critères sont :

1. L’exclusivité : les adeptes doivent adhérer à un système de croyances qui est présenté comme la vérité absolue.

2. L’autorité : les adeptes doivent se soumettre à l’autorité d’un gourou, d’une hiérarchie ou d’une organisation.

3. Le contrôle : l’organisation contrôle le mode de vie des adeptes, par exemple, leurs relations, leurs activités, l’alimentation, etc.

4. L’engagement : les adeptes doivent fournir des contributions financières régulières, travailler et militer pour l’organisation.

 

Point par point, qu’en est-il en ce qui concerne le Reiki ?

1. Le Reiki n’est pas une religion ou un système de pensée, mais une méthode naturelle de soins au service de la vie. Sa pratique est indépendante de toute croyance ou appartenance religieuse : chaque pratiquant est libre de croire, penser et dire ce qu’il veut et de suivre ses propres convictions.

2. Le Reiki n’a pas d’autorité centralisée et n’est pas structuré sous la forme d’une organisation. Il n’y a personne qui revendique le statut d’autorité suprême ou unique. Les enseignants du Reiki sont indépendants et ne fonctionnent pas comme guides spirituels, mais simplement comme praticiens expérimentés de la méthode de soins qu’ils transmettent.

3. La liberté personnelle des pratiquants du Reiki, leur style de vie et leurs relations familiales sont respectés et entièrement laissés à la propre responsabilité de chaque individu.

4. En dehors du prix des stages de formation, comparable à ceux de formations équivalentes, massages et autres thérapies corporelles par exemple, aucune contribution en espèces ou sous forme de travail et aucun autre engagement personnel n’est demandé aux pratiquants de Reiki.

R. Gaensslen


L'UNADFI ("L'Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l'Individu") fait le point sur le Reiki :

Y a-t-il des dérives possibles ?
Étant une technique, le Reiki ne peut pas désigner un groupe sectaire comme certains le pensent et l’affirment. Seulement, dans certains cas, selon de nombreux témoignages, sa pratique peut s’avérer dangereuse : le Reiki peut être l’objet d’utilisation abusive, détournée de sa visée thérapeutique et récupérée à des fins de mise sous influence et de mise sous dépendance durable par certains groupes.

Ce que nous en pensons :
Il est à noter que certains effets, décrits ci-dessus, ne sont autres que ceux rapportés par les usagers et guérisseurs de chez nous. Il faut s’interroger sur l’école de formation du maître Reiki qui initie, distinguer les pratiques sérieuses et enrichissantes des pratiques manipulatoires et, s’il s’agit d’un groupe, s’informer sur celui-ci et son fondateur

L'UNADFI n'a reçu aucune plainte d'ex-adeptes forcés ou manipulés mentalement. L'incitation à participer aux stages est à l'heure actuelle assimilable à de la publicité. Les anciens stagiaires continuent généralement de recevoir, de la part de leur maitre, des "offres" de stages pour les degrés supérieurs (au moins le deuxième).

Le Reiki est donc dispensé dans la grande majorité des cas, au titre de la formation professionnelle, par des maitres exerçants en profession libérale, et de façon indépendante. Si les dérives sont possibles, et sont même parfois notées comme ci-dessus, elles ne permettent pas de placer le Reiki ou la grande majorité de ses maitres et adeptes parmi les sectes. En réalité, le paysage du Reiki est des plus divers: de la formation professionnelle tournée vers un bénéfice supposé immédiat pour l'élève et dispensée par des maitres croyant ou pas en leur "produit", à des démarches plus spirituelles liées au "new-age" ou au bouddhisme ésotérique.

 

secti

---> Comme le note l'UNADFI sur son site internet, il convient de se renseigner sur "l'école" du maitre et sur sa "réputation", avant d'entreprendre toute démarche avec lui. Il existe par ailleurs une bibliographie assez importante en grandes surfaces spécialisées, ce qui dénote d'ailleurs d'une certaine transparence et qui permet de se renseigner avant toute démarche.

Reikido France


Du moment que vous êtes légalement déclaré, inscrit à l’URSSAF, que vous payez vos impôts et que vous ne vous substituez pas au rôle du médecin, vous avez le droit de pratiquer et d’exercer le Reiki, notamment dans le cadre d’une profession libérale.

D’autre part, selon les articles 18 et 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, "toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit."

"Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes."(Article 12)

Afin de donner une reconnaissance officielle au Reiki, notamment auprès de certaines caisses complémentaires d’assurance maladie, et d’éviter l’amalgame avec les sectes, certaines associations ont été créées. Certaines comme le CERT ou la LFRU, tentent maintenant de regrouper la majorité des enseignants traditionnels de Reiki francophones. L’adhésion y est rigoureuse, et le choix des inscriptions, sélectif.

"Reiki - Ouvrir le coeur, Éveiller l'esprit", paru aux Éditions du Rocher

 


La pratique du Reiki est une pratique à 'risques' si elle est utilisée par des personnes qui sont dans le pouvoir et non dans le respect et l'amour de l'autre. Ce n'est donc pas le Reiki qui peut être dangereux mais la, ou les personnes qui le pratiquent.

Il est necessaire de rester clair dans ses intentions, et de suivre les idéaux de Reiki ainsi que les Fondamentaux.

Sinon, le pratiquant Reiki risque fort de partir vers un mauvaise pente qui lui coutera cher....

Gardez toujours votre libre arbitre face à un praticien ou un enseignant !


L'enseignant de Reiki est là pour guider le praticien dans sa pratique et non pour devenir son maître spirituel.

Lorsque l'on vous enseigne le Reiki, vous devez apprendre à faire la part des choses entre ce qui appartient à la pratique de la méthode Reiki et ce qui appartient à la croyance de votre enseignant.

Celui-ci peut tenter de vous imposer ses propres croyances et vous démontrer que lui seul détient la vérité.

Si vous rencontrez un enseignant de Reiki qui tient à vous imposer ses croyances, un rapport de domination, une pression morale et/ou financière, le Reiki devient alors la cible potentielle d'une dérive sectaire.

Plusieurs témoignages de praticiens Reiki démontrent que certains enseignants de Reiki profitent de cette pratique pour manipuler leurs élèves.

L'image du Reiki est ainsi ternie par des enseignants avides de pouvoir et qui ne souhaitent qu'une chose : nourrir leur égo.

Vous devez être vigilant lorsque vous choisirez votre enseignant qui vous accompagnera tout au long de votre formation au Reiki.


Le Reiki étant une méthode ou technique énergétique que plutôt un dogme ou une doctrine. Il n'est rattaché à aucune école religieuse. Mais certains maîtres enseignants peuvent y rattacher leurs façons de voir le monde. Mais tant qu'ils respectent l'autonomie de leurs élèves et leurs choix il n'y a pas de problème. Dans le cas contraire, il faut rapidement s'en éloigner en toute objectivité, comme dans d'autres relations de la vie de tous les jours. Ce phénomène d'emprise sectaire peut exister dans d'autres activités et même dans la vie professionnelle.

C'est à nous d'être vigilant sans tomber dans une chasse aux sorcières sans fondement.


« Attention, la médecine a beaucoup à apprendre des médecines parallèles. Elle gagnerait à plus de modestie et à davantage d’écoute. Même si leur efficacité n’est pas toujours prouvée, les médecines parallèles peuvent donner de l’espoir. Il est scientifiquement établi aujourd’hui que la force morale et la volonté du patient jouent un rôle important dans la lutte contre la maladie. Mais il faut être extrêmement vigilant : les médecines parallèles sont parfois perpendiculaires lorsqu’elles excluent la médecine allopathique », a souligné le Docteur Régis Aubry, responsable des soins palliatifs du C.H.U. Besançon, lors d'un compte-rendu d'une conférence du CCMM - Centre Contre les Manipulations Mentales - sur les "médecines parallèles".


 

Dérives sectaires : que dit la loi ?

Les critères sectaires :

  • la déstabilisation mentale
  • le caractère exorbitant des exigences financières
  • la rupture avec l’environnement d’origine
  • l’existence d’atteintes à l’intégrité physique
  • l’embrigadement des enfants
  • le discours antisocial
  • les troubles à l’ordre public
  • l’importance des démêlés judiciaires
  • l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels
  • les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.

Un seul critère ne suffit pas pour établir l’existence d’une dérive sectaire et tous les critères n’ont pas la même valeur. Le premier critère (déstabilisation mentale) est toutefois toujours présent dans les cas de dérives sectaires.

Comment déceler l’influence sectaire en matière économique et financière ?

  • acceptation d’exigences financières de plus en plus fortes et durables
  • engagement dans un processus d’endettement
  • legs ou donations à des personnes physiques ou morales en lien avec le groupe auquel appartient la victime
  • obligation d’acheter ou de vendre certains matériels ou services comme condition incontournable d’appartenance au groupe
  • participation à des conférences, stages, séminaires, retraites, en France ou à l’étranger
  • existence d’escroquerie ou de publicité mensongère sur les qualités substantielles d'un produit ou d'un service

Si la maladie est un point d’entrée facile pour les mouvements à caractère sectaire, toute dérive thérapeutique n’est pas forcément sectaire.

La dérive thérapeutique devient sectaire lorsqu’elle essaie de faire adhérer le patient à une croyance, à un nouveau mode de pensée. Prétextant l’inutilité des traitements conventionnels, le pseudo-praticien va demander au patient d’avoir toute confiance en lui car lui seul peut proposer la méthode « miracle » apte à le guérir. Il y a un endoctrinement, une sujétion psychologique qui le conduit petit à petit à rompre avec la médecine, puis avec sa famille et son environnement. Le gourou thérapeutique propose ainsi non seulement de soigner, mais aussi de vivre autrement. Il se présente comme le détenteur d’une vérité. Tous ceux qui se mettent en travers de son chemin sont accusés soit de retarder la guérison, soit même d’être à l’origine de la maladie, d’où la rupture du malade avec ses proches et ses amis. Isolé, ce dernier va se retrouver encore plus facilement sous la coupe du « dér-apeute » qui va l’amener progressivement dans un processus d’adhésion inconditionnelle à sa méthode, en lui proposant la vente d’ouvrages, la participation à des stages payants ou à des retraites coûteuses, le plus souvent à l’étranger, voire en l’orientant vers d’autres praticiens déviants.

La dérive thérapeutique à caractère sectaire s’accompagne donc d’un mécanisme d’emprise mentale destiné à ôter toute capacité de discernement au malade et à l’amener à prendre des décisions qu’il n’aurait pas prises normalement.

Qu'est-ce qu'une dérive sectaire ?

Sur la base de l’expérience de la Miviludes, qui reçoit quelques 2 000 signalements par an, la dérive sectaire peut être définie comme suit :

"Il s'agit d'un dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion qui porte atteinte à l'ordre public, aux lois ou aux règlements, aux droits fondamentaux, à la sécurité ou à l’intégrité des personnes. Elle se caractérise par la mise en œuvre, par un groupe organisé ou par un individu isolé, quelle que soit sa nature ou son activité, de pressions ou de techniques ayant pour but de créer, de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique, la privant d’une partie de son libre arbitre, avec des conséquences dommageables pour cette personne, son entourage ou pour la société."

 

le maitre

 

Ecoutez mais soyez sceptique !

Gardez toujours votre libre arbitre !

 

 

 

Posté par Isabelle Laporte à 18:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,