15 avril 2019

Soirées d'échange Reiki - Mai 2019

Soirées d’échange énergétique Reiki

Ouvertes à tous les initiés et praticiens Reiki Usui,
quelque soit le niveau
sur RESERVATION.

Merci de ne pas vous inscrire à plus de deux soirées par trimestre
pour laisser la place aux autres

    

echange reiki 2

   

Mercredi 29 mai à 20h

  ( reste 3 places)

 Mardi 11 juin à 20h

  ( reste 8 places)

 

 

 à Gagnac sur Garonne
(
banlieue nord de Toulouse)

 

Les soirées d’échange Reiki sont des moments de dons
où nous commençons par échanger des soins énergétiques
d’environ 10 mn par personne, suivant le nombre,
suivi par un moment privilégié autour d’une infusion !

 Elles permettent de rencontrer d'autres praticiens et de pratiquer.
Chaque participant a ainsi l'occasion de donner et de recevoir un soin Reiki.

 

Le nombre de participants étant limité à 12,
merci de réserver votre place assez tôt

par téléphone au 06.77.73.30.54 ou e-mail

Merci de ne pas vous inscrire à plus de 2 soirées par trimestre
pour laisser la place aux autres...

en raison de désistements de dernière minute,
n'hésitez pas à envoyer un texto le jour même pour demander si une place s'est libérée !

Amener des pantoufles, des nu-pieds ou des chaussettes épaisses,
participation libre : quelque chose à partager
gateaux, fruits secs, tisanes, jus de fruits, crèpes,...


Certains des participants venant de loin,

MERCI de venir à partir de 19h45 pour démarrer à l'heure,
et leur permettre ainsi de ne pas rentrer trop tard !!

(*) soirée à thème, exclusivement sur invitation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Reiki Toulouse, reiki.toulouse, reiki-toulouse, formation, magnétisme, bien être, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, Blagnac, Aucamville, Gagnac, Montauban, Dieupentale, Grisolles, saint Jory, Grenade, Castelginest, Launaguet, Saint Génies, l’Union, médecine douce, technique, annuaire, forum, minimes, stage, annuaire, espace, harmonisation énergétique, échange, énergie, guérison, maladie, relaxation, détente, dépression, auto-immune, défense, témoignage, médecine alternative, atelier, degré, thérapeute, praticien, maitre, master, technique japonaise, Usui reiki Ryoho, stage, information, séance, méditation, prix, banlieue toulousaine, agglomération toulousaine, haute Garonne, Mikao Usui, enseignement, homme énergétique, énergie universelle, Isabelle Laporte, FFRU,  technique d'imposition des mains, receveur, donneur, relaxation, quantum touch, pratique bien-être, la voie du cœur, reiki forum, développement personnel, pratiquer à Toulouse, inscription, pas cher, chakras, symboles, lignée, okuden shipiden, école, corps d’énergie, programme, auto traitement, niveau, explication scientifique, libérer, les souffrances physiques, émotionnelles, mentales pour amener la Santé, l’Harmonie et la Paix intérieure, champs magnétiques, champ biomagnétique, aura, ondes scalaire


27 février 2019

Notions de résonance

Notions de résonance

 

resonance

 

La fonction de résonance explique clairement comment un soin énergétique peut aider une personne malade à se soigner, par l'harmonisation de sa fréquence vibratoire.

Si un piano et une guitare sont accordés et que l’on joue un sol sur le piano, la corde sol de la guitare vibrera aussi car les ondes sonores circulant dans l’air transfèrent l’énergie acoustique du piano à la guitare. De même, chaque fois que des oscillateurs sont accordés, ils forment ce qu’on appelle un système de résonance. Les cordes de la guitare et du piano résonnent ainsi l’une avec l’autre.

 

Exemple de synchronisation de métronomes :


Il s’agit là du phénomène d’entrainement qui permet à deux systèmes accordés de façon similaire d’aligner leur mouvement et leur énergie de manière à se retrouver en rythme et en phase.

Cela fonctionne aussi pour les rythmes biologiques : lucioles qui brillent en même temps, chants des grillons, des grenouilles, menstruations des femmes d’un même foyer,…

 

L’énergie de guérison fonctionne aussi par résonance :

Lorsqu’un guérisseur, qui a une fréquence de vibration plus élevée, place ses mains à proximité de quelqu’un qui souffre, le corps de cette personne va résonner et être « entrainé » par les mains du praticien.

Le praticien se contente de détenir une énergie harmonisante extrêmement forte, tandis que l’énergie de la personne « malade » va augmenter ses propres vibrations afin d'être en résonnance. Le praticien ne fait rien d’autre que de fournir l’énergie résonnante qui permet à l’autre de se guérir ! L’intelligence innée du corps de la personne qui reçoit l’énergie agira dans le sens que le corps estime utile pour favoriser la guérison.

Le scientifique Itzhak Bentov a écrit : « nous pouvons considérer qu’une maladie provient du comportement déréglé de l’un ou l’autre des organes de notre corps. Lorsqu’on y applique un puissant rythme d’harmonisation, le système d’interférence des ondes qu’est l’organe, peut se mettre de nouveau à battre à l’unisson»

Un jour, peut-être, les guérisseurs seront connus comme des « médecins de la résonance » !

Reiki Toulouse, reiki.toulouse, reiki-toulouse, formation, magnétisme, bien être, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, Blagnac, Aucamville, Gagnac, saint Jory, Grenade, Castelginest, Launaguet, Saint Génies, l’Union, médecine douce, technique, annuaire, forum, minimes, stage, annuaire, espace, harmonisation énergétique, échange, énergie, guérison, maladie, relaxation, détente, dépression, auto-immune, défense, témoignage, médecine alternative, atelier, degré, thérapeute, praticien, maitre, master, technique japonaise, Usui reiki Ryoho, stage, information, séance, méditation, prix, banlieue toulousaine, agglomération toulousaine, haute Garonne, Mikao Usui, enseignement, homme énergétique, énergie universelle, Isabelle Laporte, FFRU,  technique d'imposition des mains, receveur, donneur, relaxation, quantum touch, pratique bien-être, , la voie du cœur, reiki forum, développement personnel, pratiquer à Toulouse, inscription, pas cher, chakras, symboles, lignée, okuden shipiden, école, corps d’énergie, programme, auto traitement, niveau, explication scientifique, libérer, les souffrances physiques, émotionnelles, mentales pour amener la Santé, l’Harmonie et la Paix intérieure, champs magnétiques, champ biomagnétique, aura, ondes scalaires,

Posté par Isabelle Laporte à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 janvier 2019

Canada : le recours aux médecines complémentaires et parallèles (MCP) en réponse au cancer...

Canada :

le recours aux Médecines Complémentaires

et Parallèles (MCP)

en réponse au cancer...

 

MCP

 

 

Le terme médecine intégrative est utilisé pour désigner le recours simultané à la médecine conventionnelle et aux médecines alternatives (non conventionnelles) dans le suivi d'un patient.

L’émergence de la médecine intégrative a permis de mieux faire connaître le recours aux médecines complémentaires et parallèles (MCP) en réponse au cancer.

Lorsqu’un traitement de MCP est jumelé à la chimiothérapie, l’immunothérapie, la radiothérapie ou la chirurgie, on parle de médecine "complémentaire". Lorsqu’il s’agit du seul traitement et qu’il remplace le traitement standard reconnu, on parle de médecine "parallèle".

Si la médecine intégrative a pris de l’ampleur, cela s’explique partiellement par le fait que les patients cherchent à jouer un rôle plus actif dans leurs soins de santé et, pour se faire, se tournent vers des traitements axés sur la santé globale et la guérison. La médecine intégrative allie les médecines complémentaires et parallèles (comme l’acupuncture, le massage et la méditation) aux traitements standards 'courants', 'conventionnels', 'occidentaux', 'allopathiques' ou 'éprouvés'.

En intégrant des programmes de MCP aux plans de traitement traditionnels, le médecin est mieux en mesure de répondre aux besoins physiques, émotionnels et spirituels de son patient ainsi qu’à ceux touchant la qualité de vie. Cependant, avant de recommander une quelconque médecine complémentaire ou parallèle et de l’intégrer à un plan de traitement, il faut que des preuves scientifiques en aient démontré l’efficacité et l’innocuité.

Le fardeau émotionnel et physique qui va de pair avec le cancer et ses traitements pousse de nombreux patients à voir si les médecines complémentaires et parallèles pourraient les soulager et améliorer leur bien-être. Les MCP regroupent une grande diversité de méthodes de guérison, d’approches et de traitements qui adoptent une vision globale des soins en traitant la tête, le corps et l’esprit.

De nos jours, de nombreux centres anticancer proposent un concept thérapeutique intégratif, c’est-à-dire que les traitements traditionnels y sont combinés à diverses MCP. Celles-ci ne remplacent pas les traitements ou les soins anticancer, mais elles les complètent en améliorant le bien-être du patient sans pour autant interférer dans son traitement. Les MCP se déclinent en plusieurs formes, allant du groupe de soutien au massage thérapeutique, en passant par l’acupuncture, la méditation, le yoga, l’art-thérapie, la musicothérapie,...

 

Les MCP peuvent vous aider :

  • à supporter les symptômes de votre maladie,
  • à mieux gérer ses effets secondaires,
  • à avoir davantage l’impression de faire personnellement quelque chose pour améliorer votre santé.

Il ne faut jamais amorcer un programme de MCP sans en parler d’abord à votre oncologue et lui faire approuver le tout. Certains traitements non éprouvés pourraient en effet être inutiles, voire nuisibles, et présenter un risque pour votre santé et votre convalescence.

 

Les avantages des MCP

Lorsqu’elles s’ajoutent aux traitements anticancer standards, certaines MCP peuvent contribuer considérablement à l’amélioration des soins d’un patient ainsi qu’à sa tranquillité d’esprit. Certaines études ont démontré que les MCP peuvent aider les patients à gérer leur maladie et les effets secondaires des traitements. Les personnes qui y ont recours en plus de suivre des traitements traditionnels disent souvent qu’elles ont l’impression, ce faisant, d’être moins prisonnières de leur cancer, que leur vie ne se limite plus à la maladie.

Bon nombre de MCP sont douces, relaxantes et peu invasives, en plus de procurer aux patients une façon de mieux s’apprécier et de prendre conscience de leur force intérieure. Certaines techniques (comme la massothérapie et le reiki) sont "passives" et ne nécessitent que peu ou pas de participation du patient, tandis que d’autres (comme le yoga et le tai-chi) sont "actives".

 

Essais cliniques en MCP

Des essais cliniques sont actuellement menés en vue d’évaluer comment les MCP pourraient aider à :

  • rehausser les effets des traitements;
  • renforcer le système immunitaire;
  • réduire le risque d’avoir un cancer ou une récidive de cancer (on parle alors parfois de « chimioprévention » ou « chimioprophylaxie »).

Il reste que bien peu d’études ont été faites pour vérifier l’efficacité et l’innocuité de la plupart des MCP. De plus, aucune preuve scientifique n’a démontré qu’elles peuvent guérir un cancer ou en ralentir la progression. Bref, il peut être dangereux de recourir (sauf dans le cadre d’un essai clinique) à un traitement non éprouvé en remplacement de la chirurgie ou du traitement de chimiothérapie, d’immunothérapie ou de radiothérapie recommandé. Cela peut en outre retarder le début de traitements nécessaires et vitaux.

 

Les MCP et les assurances

Quelques sociétés d’assurance ont commencé à couvrir certains types de traitements de MCP, comme l’acupuncture et la chiropratique. Voyez avec votre assureur en quoi consiste votre couverture personnelle.

 

Comment trouver un spécialiste de la médecine intégrative ou un praticien de MCP

Votre oncologue ou centre anticancer sera peut-être en mesure de vous diriger vers des praticiens de MCP (médecine intégrative, acupuncture, chiropratique, naturopathie, massothérapie et psychologie cognitive). Voici d’autres pistes pour en trouver par vous-même :

  • demandez à votre médecin généraliste s’il peut vous donner des noms ou des recommandations;
  • demandez à un ami ou une connaissance qui aurait déjà reçu un diagnostic semblable au vôtre et qui s’y connaît en matière de MCP de vous recommander quelqu’un;
  • communiquez avec l’organisation qui regroupe les professionnels de la discipline qui vous intéresse.

Lorsque vous choisissez un spécialiste de médecine intégrative ou un praticien de MCP, assurez-vous :

  • qu’il est agréé ou titulaire d’un permis;
  • qu’il a déjà travaillé auprès de patients atteints du cancer;
  • qu’il est au courant des traitements anticancer courants.

Trouvez quelqu’un qui travaillera de concert avec votre oncologue et vos autres prestataires de soins de santé en vue d’élaborer un plan de traitement qui vous convient. Voici quelques questions à poser :

  • Vous pratiquez depuis combien de temps ?
  • Où avez-vous reçu votre formation ?
  • Quel sera le prix du traitement ?

 

source : http://www.sllcanada.org/traitement/medecine-integrative-et-medecines-complementaires-et-paralleles

 

 

Posté par Isabelle Laporte à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 janvier 2019

Le REIKI dans les systèmes de santé publique

 

Le REIKI

dans les systèmes de santé publique

 

reiki

 

En Espagne, en Angleterre, en Belgique, en Suisse, aux US et au Canada, et d’autres pays encore, le Reiki est entré dans les établissements de santé et intègre leurs listes de soins. Le Reiki peut améliorer la guérison de leurs patients, ou encore accompagner leurs conforts apportés en soins palliatifs. La France et plus particulièrement l’organisme, le MIVILUDES (Mission Interministérielle de la Vigilance et de la Lutte contre les Dérives Sectaires) supposent que cette pratique n’a aucunement sa place dans le système de santé, qu’il est suspect, voir sectaire.

Voici aujourd’hui, le résultat d’une étude à visée médicale, réalisée entre 2013 et 2015 par Sylvie Furrer, infirmière au Département de l’appareil locomoteur du CHU de Vaudois, en Suisse. Une étude avec tout le sérieux et toute la précision que l’on connait de nos voisins Helvètes, dans l’espoir que le système de santé français ouvrira les yeux sur la réalité de cette technique.

Bien sur, il y a toujours des charlatans pour profiter et pour manipuler des personnes en situation de détresses physiques et/ou morales, choses que l’on retrouve également dans la médecine "moderne" ou "classique", mais la pratique du Reiki est sans danger, si l’éthique très stricte de cette pratique est respectée, car la philosophie de cette "thérapie" n’a aucune attache avec une religion, une secte ou des croyances : elle se base essentiellement sur la bienveillance envers l’autre.

 

 

La pratique du reiki peut-elle être pertinente dans un centre hospitalier universitaire ? A quelles conditions et avec quels résultats ? Une enquête de satisfaction auprès de patients douloureux chroniques montre que cette démarche est appréciée et efficace.

L’unité de réhabilitation du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV), admet depuis plus d’une quinzaine d’années des patients souffrant de douleurs chroniques, plus spécialement des douleurs du rachis, mais parfois aussi et selon la situation, de fibromyalgie ou de douleur psychosomatique.

Ces patients sont traités en ambulatoire ou en hospitalisation. Ils suivent un programme composé de différents traitements individuels et en groupe pendant une durée de trois semaines (3 fois / 5 jours). Ils sont pris en charge par des médecins, des physiothérapeutes, des ergothérapeutes, des psychologues, une équipe soignante dont deux infirmières pratiquant la relaxation et le Reiki. Un accompagnement de l’aumônerie est également parfois proposé aux patients hospitalisés.

Pour la plupart de ces patients, le but est de maintenir ou retrouver leur autonomie dans les Activités de la Vie Quotidienne (AVQ) à la maison, mais aussi dans leurs activités professionnelles.

L’important travail des soignants est d’accompagner le reconditionnement physique progressif de ces patients selon 4 grands axes :

  1. Vaincre leurs appréhensions (aider les patients à comprendre leurs croyances et leurs limites afin de les dépasser) et identifier leurs ressources
  2. Muscler progressivement leur dos et effectuer un entraînement cardiovasculaire
  3. Entraîner les AVQ et les activités au travail qui posent problèmes
  4. Soutenir psychologiquement le patient.

Situation des patients

La situation des patients souffrant de douleurs chroniques est souvent très complexe :

  • D’abord sur le plan physique, la douleur est omniprésente. Le patient bouge de moins en moins, il appréhende de plus en plus le mouvement (la kinésiophobie) et ainsi il se déconditionne.
  • Le plan psychologique, social, professionnel et familial, la situation est souvent précaire. Au fil du temps, l’entourage peut ne plus être en mesure d’accompagner le patient avec l’empathie nécessaire.
  • Une situation financière difficile se rajoute parfois, due à des arrêts de travail répétitifs ou prolongés, voire même une perte d’emploi.
  • Certains patients ont des parcours de vie particulièrement sinueux et chargés (guerre, torture, immigration, viol, abus, agression, dépendance, etc).
  • Ces événements provoquent énormément de tensions et de stress. Le patient est entraîné dans une spirale qui l’amène fréquemment vers un état dépressif.

Dans ce contexte, plusieurs approches sont proposées. L’une d’entre elles, la relaxation, peut constituer un soutien non négligeable au programme. Elle est donnée deux fois par semaine à l’ensemble des patients. Toujours dans l’idée d’apporter un moment de détente, le programme propose en plus aux patients hospitalisés des séances de Reiki.

 

Le Reiki

REIKI - Mikao Usui, fondateur du Reiki

Le Reiki fait partie des médecines complémentaires. Il s’apparente à une thérapie énergétique. Mikao Usui est reconnu comme le fondateur de cette thérapie au début du 20ème siècle au Japon, thérapie qui s’est ensuite développée et étendue aux Etats-Unis, puis en Europe et dans le reste du monde.

Le Reiki est un mot japonais dont la traduction signifie "énergie de vie universelle" ("rei" signifie universel et "ki" énergie vitale).

 

 

 Les principaux effets du Reiki décrits dans la "littérature spécialisée" sont de :

  • Stimuler le bien-être physique et mental,
  • Favoriser un état de relaxation
  • Harmoniser la circulation de l’énergie
  • Soutenir le potentiel de guérison
  • Apporter une énergie nouvelle pour aborder la vie d’une manière différente.

REIKI - dai an shinLa transmission de cette énergie se fait par l’apposition des mains du praticien à différents endroits du corps du patient habillé. Les mains peuvent soit toucher le patient, soit être à une dizaine de centimètres du corps de celui-ci s’il ne supporte pas le toucher.

La philosophie de cette thérapie n’a aucune attache avec une religion, secte ou croyance, elle se base essentiellement sur la bienveillance envers l’autre.

Le praticien guide ou canalise l’énergie universelle vers le corps du patient, à travers ses mains, qui se déplacent tout au long de la séance à différents endroits du corps.

Une séance dure entre 60 et 90 minutes.

Cette manière d’utiliser l’énergie universelle à des fins thérapeutiques se retrouve dans différentes cultures bien plus anciennes comme la culture égyptienne, tibétaine, indienne, chrétienne, essenienne, polynésienne, sous d’autres noms ou appellations et probablement dans bien d’autres traditions encore.

 

Aménagement des séances

Au CHUV, les séances de Reiki ont dû être adaptées à l’organisation du milieu hospitalier et à nos moyens (temps à disposition, organisation, planification et coordination). Le choix s’est porté sur des séances de Reiki aux patients hospitalisés uniquement et pour une durée de 30 minutes.

Dés le début 2013, les séances de Reiki ont été mises en oeuvre de la façon suivante : à tour de rôle, toutes les 3 semaines, les deux infirmières formées en Reiki prenaient en charge un groupe de patients. Le patient avait en principe la même infirmière pendant son séjour, afin d’assurer une meilleure continuité des soins. Sur préavis médical, l’infirmière expliquait le soin Reiki individuellement et à l’aide d’un document explicatif qui restait en possession du patient. Les séances n’étaient pas obligatoires. Le patient avait en principe quelques jours de réflexion pour donner son consentement oral. S’il donnait son accord, une séance de Reiki de 45 minutes était agendée chaque semaine sur son programme de soins. Dans ces 45 minutes, 15 minutes étaient consacrées à installer la chambre, la musique et le patient, ainsi que pour d’éventuels échanges. Les 30 minutes restantes étaient dédiées au soin Reiki proprement dit.

Les équipes pluridisciplinaires participaient à des colloques hebdomadaires. Ces échanges permettaient de questionner la prise en charge :

  • les effets du traitement anti-douleur était-il adapté ?
  • Le patient pouvait-il dormir la nuit ?
  • Se sentait-il confortable lors des séances de physiothérapie ?
  • Dans quel état psychologique se trouvait le patient avec chacun des professionnels ?
  • Le patient pouvait-il se détendre ?

Les infirmières de Reiki assuraient d’une part régulièrement des transmissions orales à l’équipe soignante, d’autre part elles documentaient dans le dossier patient chaque séance (temps de séance, description de la position du patient et son installation, positions des mains utilisées, feed-back du patient).

 

Les plus-values du Reiki

Malgré une littérature scientifique très fournie et surtout anglophone, l’efficience du Reiki reste difficile à démontrer. Les détracteurs reprochent souvent aux recherches une méthodologie et une rigueur insuffisante, des critères d’inclusion différents, des groupes de patients pas assez conséquents pour pouvoir tirer des conclusions sur l’efficacité du Reiki. La littérature faisant toutefois plutôt l’éloge de la méthode sur la base de premiers résultats encourageants, notre équipe a ainsi mené sa propre enquête de satisfaction auprès de nos patients.

Les objectifs étaient de connaître :

  • L’appréciation des séances de Reiki
  • L’impact des séances sur la douleur, l’anxiété, le bien-être
  • Les souvenirs des séances
  • L’utilité de ces séances dans ce programme
  • La continuité hors de l’hôpital
  • La communication, les recommandations faites ensuite pour le Reiki à l’entourage.

Le déroulement de cette enquête s’est étendu sur 17 mois auprès de 113 patients ayant bénéficié de cette technique dans leur prise en charge et de manière anonyme.

Un questionnaire a été conçu comprenant des questions de type Liekert et de quelques questions ouvertes, en texte libre.

 

Détente et réduction du stress

Graphique 1 : Impact des séances de REIKI sur les patients

Graphique 1 : Impact des séances de REIKI sur les patients

Nous avons vu 133 patients, dont 20 ont refusé le Reiki. Les raisons de ces refus étaient d’ordre culturel, religieux ou dues à l’abandon complet du programme. Parmi les 113 patients qui ont accepté des séances de Reiki, 94 questionnaires ont pu être distribués dont 87 (84%) ont été retournés.

78% des patients se sont déclarés «satisfait» ou «tout à fait satisfait» vis-à-vis des séances de Reiki.

En priorité, le reiki a apporté aux patients :

  • De la détente
  • Du bien-être
  • Une diminution du stress.

Ces trois éléments font partie des objectifs du service et de la démarche suivie. D’ailleurs ils constituaient les buts de l’introduction du Reiki dans ce programme, il y a une quinzaine d’années par les initiantes.

De plus, durant notre activité, nous avons observé que:

  • Les patients s’endorment très souvent pendant les séances, alors que la plupart d’entre eux souffrent de troubles importants du sommeil
  • La plupart des patients gardent la même position pendant la durée du traitement (30’) sans en changer, alors qu’en ergothérapie et en physiothérapie, ces mêmes patients tiennent peu de temps dans la même position, principalement en raison de douleurs
  • Malgré des douleurs toujours présentes en fin de séance, les patients nous disent que cela fait très longtemps qu’ils ne se sont pas sentis aussi bien.

La majorité des patients (72%) estiment les séances de Reiki "utiles" ou "très utiles".

 

Quelle est l’intention des patients à la sortie de l’hôpital par rapport à cette méthode ?

Graphique 2 : REIKI & suite extra-hospitalière

Graphique 2 : REIKI & suite extra-hospitalière

Les séances de Reiki sont très appréciées et ont leur place dans le programme. Les patients les recommandent volontiers à leur entourage. Par contre, ils sont hésitants à l’idée de continuer à en recevoir à la sortie de l’hôpital. Ils sont souvent dans des situations financières relativement précaires qui ne leur permettent pas de bénéficier d’une assurance complémentaire ou de prestations d’un praticien reconnu (graphique 2).

 

Discussion

D’après les résultats de cette enquête, les séances de Reiki ont rencontré un réel engouement auprès des patients. Elles leur apportent des effets significatifs sur la détente, le bien-être et une diminution du stress.

Malgré l’adaptation du temps d’une séance classique (env 60–90 min) à une séance intra-hospitalière (30 min), l’effet bienfaisant du Reiki reste avéré.

Le temps préparatoire à la séance (15’), semble lui aussi très important. Il permet au patient de se mettre en condition. Par la préparation de la chambre, du lit, du confort du patient et de la qualité de l’échange, cela lui montre que le soignant prend soin de lui et aide à créer un lien de confiance.

 

Conclusion

D’abord, cette expérience révèle encore une fois l’importance de la qualité du temps consacré au patient, du contact, du lien de confiance. Le Reiki contribue à cette qualité en particulier avec des patients douloureux chroniques.

Les colloques pluridisciplinaires au sein d’une équipe soignante sont primordiaux. Ils permettent in fine d’assurer une meilleure continuité dans la prise en charge du patient.

Les médecines complémentaires et le Reiki en particulier apportent des contributions non négligeables en médecine hospitalière. Elles devraient être davantage soutenues et des recherches conduites, afin de mieux comprendre les enjeux croisés des différentes disciplines.

Enfin, un Centre de Médecine Intégrative et Complémentaire (CEMIC) sera mis sur pied d’ici la fin de l’année au CHUV. Son but sera d’apporter du soutien aux équipes de la PMU (Policlinique Médicale Universitaire) et du CHUV dans le domaine des médecines complémentaires. Une nouvelle qui nous permet d’envisager un avenir passionnant !

 

A propos de l’auteure de cette étude

Sylvie Furrer a travaillé comme infirmière au pool du département de l’appareil locomoteur au CHUV jusqu’en avril 2015. Depuis, elle occupe le poste d’infirmière en consultation de cardiologie à la PMU.

CONTACT : sylvie.furrer@chuv.ch

source : http://paroles-en-actes.soins-vitalite.fr/

Posté par Isabelle Laporte à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 janvier 2019

Comment choisir son Maître Enseignant

 

Comment choisir son Maître Enseignant ?

les questions à poser...

 

mikao usui

 

Les enseignants de Reiki sont très nombreux aujourd'hui, c’est pourquoi il est très important de bien se renseigner, mais également d'écouter son intuition afin de bien choisir l’enseignant qui vous convient et qui vous aidera à ouvrir Votre Porte pour accéder à l’énergie du Reiki.

Certaines personnes associent la notion de "Maître" à un "gourou" illuminé, avec une notion de "pouvoir", voire même un aspect supérieur.

Ce terme est aussi communément adopté pour les personnes "avancées spirituellement" dont la présence cohérente, et les enseignements pleins de sagesse, peuvent être des exemples à suivre pour les autres.

Cependant, le terme "Maître Reiki" est essentiellement une représentation du mot japonais "Shihan" qui peut être traduit par "professeur", "enseignant". Au Japon, le terme "Sensei" est également utilisé pour une personne qui a accédé à une maitrise telle qu’elle peut former à son tour des enseignants. Ainsi, les Maitres à l’origine de la méthode Usui comme Mikao Usui, le Dr Chujro Hayashi ou Hawayo Takata étaient des "Sensei", et non des Maitres spirituels dont on peut invoquer l’énergie !

Dans votre recherche, gardez donc à l'esprit qu'un Enseignant de Reiki n'est pas pour autant un "Maître de Sagesse". Le mot Maître, au Japon, veut dire "Celui qui a la maîtrise d'un enseignement", qui a expérimenté la technique ainsi que tous les changements liés à cette transformation qu'apportent les différents niveaux d'une pratique, et qui essaie de vivre son quotidien dans l'humilité.

 

Voici quelques questions que vous êtes en droit de poser avant de vous engager avec un enseignant Reiki :

Concernant l’enseignant :

  • Quelle est la lignée de l’enseignant ?
  • Depuis combien de temps a-t-il passé ses différents niveaux ?
  • Y-a-t-il au moins 24 mois entre son 1er degré et son certificat d'enseignant ?
  • Pouvez-vous le rencontrer avant de vous engager ? est-ce payant ?
  • Peut-il vous montrer ses différents certificats et la lignée de ses enseignants ?
  • A-t-il déjà procédé à des initiations, et depuis combien de temps ?
  • A-t-il une expérience de plus d'un an en soins énergétiques ?
  • L’enseignant propose t-il des initiations Usui à distance (non conforme) ?
  • Propose t-il d’autres initiations ? pourquoi ?
  • Est-il rattaché à une fédération ou une association indépendantes regroupant des enseignants Reiki ?
  • A-t-il signé une charte d'enseignement ?
  • Peut-il, au besoin, vous délivrer une facture ? (cela montre qu'il est déclaré)

Concernant les initiations :

  • A quelle énergie allez-vous être connecté ?
  • Y-a-t-il des pré requis avant de passer un niveau ?
  • Combien y-a-t-il de niveaux ? 3 ou 4 ?
  • En quoi consistent-ils ?
  • Combien y-a-t-il d’initiations par niveau ?
  • Combien de symboles allez-vous recevoir à chaque niveau ?
  • Comment se passent les initiations : serez-vous initié dans les mains et dans les pieds afin que l'énergie circule librement lors des traitements Reiki ?
  • Combien d'élèves y aura-t-il ? (ne pas être tout seul)
  • Quels sont les délais entre deux niveaux ?

Concernant l’encadrement :

  • Allez-vous recevoir un livret ?
  • A-t-il-été fait par l’enseignant ? est-ce de simples photocopies ? un livret d’un autre Maitre ?
  • Recevez-vous un certificat à la fin du stage, avec la lignée d’enseignement, pour pouvoir prouver que vous avez bénéficié d'un niveau d’initiation ?
  • Pouvez-vous rester en contact avec l’enseignant après un niveau ?
  • Y-a-t-il des ateliers de travail proposés ? des échanges reiki ? sont-ils payants ?
  • pourrez-vous rester en contact avec d'autes élèves ?
  • Serez-vous indépendant, ou encore lié et de quelle manière à l’enseignant ?

Concernant les tarifs :

  • Si vous avez été initié par un autre enseignant, devez-vous « refaire » un niveau, et à quel tarif ?
  • Quel est le prix de chaque niveau d’initiation ?
    (le cursus complet du 1er au 4ème niveau devant se situer entre 1200€ et 2000€)

 

L'attitude intérieure, comme extérieure, d'un "guérisseur" va jouer un rôle d'une grande importance dans le travail du soin. Il est aisé de comprendre que les initiations et les soins qui vont toucher aux corps subtils du receveur demandent à celui qui les dispense, que ses actes, ses pensées et ses paroles soient alignés afin que, tel un vase de cristal, les énergies qui le traversent puissent ne pas être entravées, voire encombrées de scories qui ne feraient que retarder le passage de la Lumière.

La qualité d'une initiation donnée, d'un soin, va dépendre de notre qualité d'être au moment de notre action, et nul ne peut s'improviser enseignant ou thérapeute s'il n'a pas essayé de travailler sur lui-même et de nettoyer ses propres plans. Un véritable Maître, quel que soit son art, fait don de soi et de son énergie. Il est un exemple pour les autres et, à ce titre, se doit d'être en cohérence entre ce qu'il dit et ce qu'il fait.

Cela ne signifie en aucun cas qu'il faille être parfait pour pouvoir agir de cette façon :-)

Logo LFRU 2017  La Fédération De Reiki

 

Soyez vigilant et ouvrez votre cœur.

Bon cheminement et belle transformation avec l'Energie du Reiki.

Au plaisir de vous rencontrer pour en discuter ....

Isabelle

 

Reiki Toulouse, reiki.toulouse, reiki-toulouse, formation, magnétisme, bien être, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, formation, stage, soin, reiki, initiation, échange, énergie, Toulouse, Blagnac, Aucamville, Gagnac, saint Jory, Grenade, Castelginest, Launaguet, Saint Génies, l’Union, médecine douce, technique, annuaire, forum, minimes, stage, annuaire, espace, harmonisation énergétique, échange, énergie, guérison, maladie, relaxation, détente, dépression, auto-immune, défense, témoignage, médecine alternative, atelier, degré, thérapeute, praticien, maitre, master, technique japonaise, Usui reiki Ryoho, stage, information, séance, méditation, prix, banlieue toulousaine, agglomération toulousaine, haute Garonne, Mikao Usui, enseignement, homme énergétique, énergie universelle, Isabelle Laporte, FFRU,  technique d'imposition des mains, receveur, donneur, relaxation, quantum touch, pratique bien-être, la voie du cœur, reiki forum, développement personnel, pratiquer à Toulouse, inscription, pas cher, chakras, symboles, lignée, okuden shipiden, école, corps d’énergie, programme, auto traitement, niveau, explication scientifique, libérer, les souffrances physiques, émotionnelles, mentales pour amener la Santé, l’Harmonie et la Paix intérieure, champs magnétiques, champ biomagnétique, aura, ondes scalaires, 

Posté par Isabelle Laporte à 11:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


Reportages télévisés sur le Reiki

Reportages télévisés sur le Reiki

ici et ailleurs.....

 

reiki tv

 

France, Espagne, Portugal, Suisse,
Angleterre, USA, Australie,
Malaisie, Brésil,....

 

FRANCE 3 - 2014

En direct sur France 3 - 2014 reportage sur le Reiki

 

NRTV - Suisse

Vu à la TV ! Reportage Reiki et présentation du livre "Histoires d'ailleurs"

 

TVE - Espagne

Entrevista sobre Reiki en Tv1.

Documentário sobre o Reiki em Televisão Espanhola -- TVE.wmv

 

BBC TV

BBC TV Heaven & Earth Show - featuring segment on Reiki with Allan J. Sweeney

 

San Diego - USA

A San Diego MD, studies the effects on reiki on ill patients

 

GLOBO REPORTER - Brésil

Globo Reporter 14/09/2012 terapia REIKI

 

TV de Acores - Portugal

▶ Reiki na TV Açores - Portugal

 

SUNRISE TV - Australie

Reiki on Sunrise TV

 

CNN

Reiki Hits Mainstream Media on CNN

 

City TV - USA

Reiki on TV

 

Malaysian TV

Reiki Interview at Malaysian TV

 

ABC News

Reiki on ABC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Isabelle Laporte à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 octobre 2018

Suisse : où en est le Reiki aujourd'hui ?

 

 

Suisse : où en est le Reki aujourd'hui ?

 

swiss reiki

 

Reiki Interview : Francis Vendrell, Président de SwissReiki -
Où en est le Reiki aujourd'hui?

L'Association SwissReiki a été créé le 4 juin 2010. Elle organise régulièrement des activités et travaille sans cesse pour la promotion de la thérapie Reiki en Suisse. Actuellement, SwissReiki construit le "dossier d'identification pour la méthode" (IDMET) afin de faire reconnaitre la méthode du Reiki en tant que "pratique règlementée", au niveau fédéral.

Le contexte social et légal diffère évidemment selon les pays. La Suisse n'étant pas membre de l'Union Européenne, cela renforce sa spécificité. La Suisse est de plus à la pointe dans le développement des thérapies complémentaires et alternatives (mis à part dans les hôpitaux). Elle vit actuellement une période de profonde mutation dans ce domaine. Nous pensons que notre association se doit de participer activement à ces transformations afin de défendre au mieux la méthode du Reiki et ne pas rester sur le bord de la route. Plutôt qu'une association francophone voire internationale, SwissReiki est une association nationale et multilingue, ce qui la rend en adéquation avec la réalité suisse.

L'objectif de SwissReiki est de rassembler les praticiens en Reiki suisses au-delà de toute lignée, système ou école. Chacun peut dès le 1er niveau adhérer à l'association.

http://www.swissreiki.org/

 

Le Reiki, pour soulager la douleur chronique"
Etude effectuée au CHUV à Lausanne par Sylvie Furrer, infirmière :

Soins_infirmiers_12_2015_Sylvie_Furrer_Le_Reiki_pour_soulager_la_douleur_chronique

Une enquête de satisfaction auprès de patients douloureux chroniques montre que cette démarche est appréciée et efficace.

 

 

 

Posté par Isabelle Laporte à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 octobre 2018

Des guérisseurs dans les hopitaux français

Des guérisseurs dans les hôpitaux

Quand la médecine ne suffit plus à soigner...

 

ronde reiki

Cela peut arriver à n’importe qui. Vous vous êtes brûlé, vous courez aux urgences. Vous souffrez affreusement malgré les antalgiques. Vous hélez l’infirmière qui réagit de façon imprévue : elle vous demande si cela vous dirait d’appeler un coupeur de feu. « Un quoi ? » Elle vous tend une liste de numéros de téléphone et dit à voix basse : « Ça peut paraître bizarre mais ils ont déjà soulagé quantité de patients. Rien d’officiel, mais nous vous garantissons que c’est sans danger. » La douleur est telle que vous n’hésitez pas longtemps avant de pianoter sur votre portable. Une voix vous demande juste votre nom. Vingt minutes plus tard, la souffrance a disparu. 

Cette scène est devenue presque banale dans certains services hospitaliers, à Saint-Brieuc, Rodez, Annemasse ou Marseille, où l’on nous confirme – de façon en général officieuse – que l’on fait régulièrement appel aux « coupeurs (ou barreurs) de feu ». Pour soulager la douleur, pour accélérer la cicatrisation des brûlures, suite à un accident ou, de plus en plus, lors d’un traitement du cancer par radiothérapie. 

 

Cette étrangeté n’est que la partie émergée d’un vaste ensemble. Contre toute attente, à l’ère scientifique, même dans notre très cartésienne France, médecins et guérisseurs (ou magnétiseurs, ou praticiens reiki, ou coupeurs de feu) collaborent de multiples façons. Pour traiter des urgences ou des troubles chroniques réputés inguérissables.

 

Quels médecins osent en parler ? Rarement les pontes, dont la plupart ne sont d’ailleurs pas au courant. Patron des urgences à l’hôpital Nord de Marseille, le docteur Philippe Jean lève un sourcil perplexe : « Coupeur de feu ? Connais pas. Mais je vais demander à mes infirmières si elles en ont entendu parler. » Ces dernières lui répondront par l’affirmative… sans s’avancer davantage, le sujet est risqué. Même curiosité étonnée de la part de la cancérologue Laure Copel, à l’institut Curie – à qui sa responsable des soins répondra, elle, par la négative. Chef du service d’oncologie médicale à l’hôpital européen George-Pompidou, à Paris, le professeur Jean-Marie Andrieu a déjà eu vent, lui, de ces « magnétiseurs censés vous retirer le feu ». Mais il doute du sérieux de l’affaire : « Ça se saurait ! Dommage, je ne demanderais pas mieux, on a tant de complications en radiothérapie. Ramenez-moi un seul cas traité par vos magiciens et observé selon les critères scientifiques et on en reparle. » 

 

Le flirt entre système hospitalier et guérisseurs se joue davantage dans le monde des infirmières que dans celui des médecins. Discrètement informés, les chefs de clinique laissent souvent faire… à condition que l’on n’en sache rien. Toutefois, certains s’y intéressent, avec un mélange de perplexité et de fascination, et prennent le risque d’en parler.

 

Le discours des médecins 

 

Ancien chef de clinique en cardiologie puis en médecine interne, devenu psychiatre, enseignant en psychothérapie à la faculté de Bordeaux, le professeur Gérard Ostermann a depuis longtemps repéré les facultés hors normes de certaines guérisseuses. « La première s’appelait Claudine. On la consultait discrètement à l’Institut de cancérologie de Reims, soit pour aider à déceler la source d’un mal qu’on ne parvenait pas à élucider, soit pour confirmer une hypothèse peu sûre. La pertinence de son ressenti était stupéfiante. Elle devenait moins fiable quand elle tentait d’intellectualiser la chose et se piquait de donner ses interprétations. Depuis, j’en ai connu plusieurs. Leur capacité à soigner toutes sortes de maux de façon “énergétique” est indéniable – des brûlures aux rhumatismes, des abcès aux calculs. Je reste fasciné par leur diagnostic, un vrai scanner, et par leur humilité : la majorité ne se fait pas payer. Les guérisseurs ne deviennent dangereux que quand leur ego enfle et qu’ils prétendent faire de la science. Globalement, ce qu’ils font bouleverse notre vision de la maladie, du corps, de la médecine, du réel… Tout est à revoir ! »

 

Pour la plupart des médecins qui osent évoquer leur collaboration avec les guérisseurs, celle-ci se justifie de façon très pragmatique. Ainsi, le docteur Alain Marre, chef du service de radio-oncologie du centre hospitalier de Rodez (Aveyron) : « Voilà plus de trente ans que j’oriente mes patients vers des guérisseurs pour soulager les douleurs, sans a priori : j’ai juste constaté que cela améliorait leur état. Dois-je refuser sous prétexte qu’on ignore comment ça marche ? »

 

Dans un documentaire de Jean-Yves Bilien, « Les Guérisseurs, la foi, la science », Martine Gardénal, présidente de la Société des médecins homéopathes spécialistes, confirme : « Je connais plusieurs magnétiseurs aux capacités spectaculaires pour arrêter un zona, guérir une brûlure, lever une stérilité. Je me pose évidemment des questions. Si ça marche, pourquoi pas ? » Interviewé dans « Les Guérisseurs », documentaire de Stéphane Allix diffusé sur M6 en 2010, le docteur Dominique Baron, chef de service d’un centre de rééducation à Saint-Brieuc, témoigne de la guérison incompréhensible d’une jeune femme paraplégique après l’intervention d’un magnétiseur réputé de Saint-Brieuc, Jean-Luc Bartoli. Ce dernier vient de faire paraître un livre où il relate ses échanges avec plusieurs médecins (page 75). 

 

Les témoignages abondent. L’un des plus structurés est celui de Claire Guillemin, chef du service de radio-oncologie de l’hôpital de la Source, à Lausanne. Que dit-elle ? Que l’action des guérisseurs réussit incontestablement à accélérer la guérison des tissus après les traitements anticancer. Et que cela oblige les praticiens à revoir leur vision des choses : « Ces gens-là semblent travailler sur des niveaux de la personne (émotions, pensées, croyances, généalogie…) auxquels la médecine moderne n’a pas accès. Il nous faut explorer cela, de grandes découvertes sont peut-être à la clé. » 

 

L’action concrète des guérisseurs

 

D’une dizaine d’interviews de guérisseurs se dégage un profil type. Rares sont ceux qui voient leur « don » se déclencher en cours de vie, telle Patricia Alleli, d’Aix-en-Provence, qui l’a découvert à 48 ans, après un accident cérébral. Généralement, ça commence très jeune. Dès l’âge de 4 ans, Jean-Luc Bartoli, ne supporte pas de voir quelqu’un souffrir et pose compassionnellement ses mains sur lui. Au même âge, Brigitte, de Besançon, sauve quelques-uns des lapins mortellement malades de sa grand-mère : ceux sur le ventre desquels elle a posé les mains. A 5 ans, Corinne, de Marseille, fait du bien à tous ceux qu’elle touche, notamment l’une de ses tantes souffrant d’arthrose : très vite, le voisinage entier sait que ses mains soignent..

 

Pour Josette, de Montélimar, le phénomène a démarré à 2 ans. « Je croyais que tout le monde était comme ça : quand je pose ma main sur quelqu’un, je ressens de l’électricité. Et quand j’arrive sur une zone souffrante, ça me pique, comme si une pointe jaillissait. Si je laisse ma main un moment, la piqûre s’en va et la souffrance de la personne aussi. Aujourd’hui, j’ai 85 ans et j’en ai soigné, des gens ! Jamais je ne me suis fait payer : ce don me dépasse, impossible de le monnayer. Je ne crois pourtant pas au bon Dieu… » Vivant de sa pension de veuve de gendarme, elle précise : « Si vous voulez que je vous soigne, ne me dites pas ce que vous avez ! Ma tête doit rester au repos. Si elle se met à gamberger, je ne suis plus bonne à rien. » 

 

A Reims, Michelle dit la même chose. Dès l’enfance, elle ressent le désir irrésistible de toucher les gens – ce qui fait chauffer ses mains, jusqu’à les rendre brûlantes. Devenue coiffeuse, elle masse les crânes de ses clients… et les soulage de toutes sortes de maux. Parmi eux, des médecins qui la poussent à exploiter ce talent, répondant d’ailleurs à un besoin vital : ayant tenté de s’arrêter, elle tombe malade et doit reprendre. Elle monte un salon de massage, puis un cabinet de magnétiseuse où la consultent ses anciens clients médecins. Michelle les aide à poser des diagnostics et à soigner. « Le problème, pour aider à la recherche, dit-elle, c’est que je perds mes moyens quand on m’observe ou que j’ai trop d’informations sur les patients. » 

 

Comme si l’on avait affaire à un processus très archaïque, où le néocortex ne doit pas intervenir. Notre esprit rationnel a d’autant plus de mal à comprendre que les guérisseurs ne se contentent pas de poser leurs mains sur leurs patients. Ils palpent aussi des flux invisibles qu’ils semblent peigner, ou rassembler, ou recoudre, vous expliquant, comme Pierre Yonas qui soigne l’équipe de handball de Savigny-sur-Orge : « J’ai senti une fuite d’énergie au niveau de l’omoplate d’un joueur, je l’ai colmatée. » L’affaire se corse quand on découvre que beaucoup soignent aussi à distance, souvent en se concentrant sur une photo du patient, et parfois à l’insu de la personne souffrante, celle-ci pouvant être un bébé ou un animal. « Par exemple, mes chevaux, dit Michelle, que je soigne depuis des années, après avoir appris, non seulement à les toucher, mais à me mettre à l’intérieur d’eux, à leur place. »

 

Hypothèses d’explication

 

Les guérisseurs eux-mêmes reconnaissent ne pas savoir « comment ça marche ». Beaucoup évoquent une grâce divine et quasiment tous insistent pour dire qu’ils ne servent que de catalyseur réveillant les capacités de guérison internes du patient. Nous interrogeons Brigitte Grimm-Laforest, présidente du Groupement national pour l’organisation des médecines alternatives (Gnoma) et vice-présidente du Syndicat national des magnétiseurs et praticiens des méthodes naturelles et traditionnelles (Snamap) – ces organisations militent depuis 1950 pour fédérer les guérisseurs autour d’une charte éthique et leur obtenir un statut officiel. « Notre vocation est d’abord de soigner, dit-elle. Des dizaines d’entre nous travaillent en France avec des médecins, parfois des hôpitaux. Mais scientifiquement, nous sommes incapables d’expliquer notre efficacité. Aux chercheurs qui nous traitent de charlatans, nous renvoyons la balle : venez donc nous étudier et dites-nous pourquoi ça marche ! Après tout, c’est votre boulot, pas le nôtre. »

 

Les scientifiques étudiant ces pratiques ne sont pas légion : le sujet est tabou. Mais des recherches existent. Ces mains qui soignent, se dit-on, dégagent probablement un genre d’électromagnétisme dont on devrait pouvoir découvrir comment il soigne. Cela rejoindrait le courant de pensée selon lequel une médecine « quantique », fondée sur les rayonnements, devrait compléter au xxie siècle la médecine « chimique », fondée sur les molécules. 

Mais avant cela, il y a l’explication « placebo » : l’influence des guérisseurs, surtout psychologique, reposerait sur la croyance et la confiance du patient. Qu’en pensent les deux médecins francophones les plus connus actuellement pour l’intérêt qu’ils portent aux guérisseurs, David Servan-Schreiber et Thierry Janssen ?

 

On connaît l’empirisme du premier : « L’essentiel est de savoir si une méthode soigne, même si l’on ne peut expliquer pourquoi. La médecine moderne met les choses à l’envers, exigeant une explication avant même de tester ! A-t-on ici affaire à un placebo ? Oui, mais pas seulement. Toute médecine a un effet placebo, d’autant plus fort que thérapeute et patient y croient. Mais si ça se répète, de façon contrôlée, ça devient un traitement Vis-à-vis des guérisseurs, j’ai trois questions. Est-ce que ça marche ? La réponse est souvent oui. Est-ce reproductible par un même praticien ? Oui aussi. Est-ce transmissible à autrui ? Là, c’est beaucoup plus rare, ce qui complique beaucoup la recherche. » Sur les faits, David Servan-Schreiber n’a pas de doute. Il a pu constater, sur deux cancers traités par radiothérapie, un de la gorge, l’autre du sein, que l’action des « coupeurs de feu » avait effacé toute trace de brûlure. Dans les deux cas, la démarche avait été conseillée par le cancérologue, alors que les deux patients n’y croyaient pas.

 

Sur le processus à l’œuvre, le neuropsychiatre suggère une piste : « Toutes les fonctions du corps sont contrôlées par la sécrétion d’hormones dans l’hypothalamus, où se module l’équilibre du système nerveux sympathique et parasympathique, en grande partie sous le contrôle des émotions et de la pensée. C’est ainsi, par exemple, qu’une femme stressée peut ne plus avoir ses règles. Notre médecine ne sait pas se servir de ce mécanisme alors que les guérisseurs, j’en suis convaincu, le font d’instinct, jouant sur les équilibres hormonaux et nerveux autonomes qui facilitent les mécanismes de guérison. Il faudrait mettre sur pied un protocole pour expérimenter cette idée. »

 

Une hypothèse que le docteur Thierry Janssen fait rebondir à sa manière. Chirurgien devenu psychothérapeute, il s’est penché sur les pratiques des guérisseurs traditionnels et a même été initié à la Barbara Brennan School of Healing de Miami, où il a étudié deux ans. Convaincu de l’importance de la « qualité de présence » de quiconque veut soigner, il pense que beaucoup de gens ont un don ne demandant qu’à être entraîné. Des études sérieuses, avance-t-il, ont montré qu’un guérisseur concentré sur son action dégage un champ électromagnétique de sept à huit hertz. C’est la fréquence d’un cerveau en état de méditation, c’est aussi celle du champ géomagnétique terrestre selon l’échelle de Schumann, le champ sur lequel s’alignent sans doute les animaux migrateurs. Autrement dit, les guérisseurs, sans le savoir, se mettraient en résonance avec une énergie planétaire. Assez fantastique, cette hypothèse permettrait-elle d’expliquer, entre autres, commentun travail de guérison peut s’effectuer à distance ? Les réponses des guérisseurs eux-mêmes sont divisées. Les uns pensent être traversés par une force « sacrée » que nulle science ne pourra jamais appréhender. Les autres affirment qu'il n’y a rien de magique dans ces phénomènes de libération énergétique et que la science médicale aurait tout intérêt à les étudier de près. Voyez-vous une troisième solution ?    

Patrice van Eersel

http://www.cles.com

 

Pour aller plus loin:

 

Trois conseils pour choisir son 'guérisseur '

  • Diagnostic : un vrai guérisseur n’est pas un magicien, il ne vous promettra jamais la lune. 
  • Rémunération : certains, notamment les coupeurs de feu figurant sur les listes des hôpitaux, ne se font pas payer. D’autres vous proposeront de les rémunérer à votre convenance. Ceux qui vivent de leur pratique doivent rester dans des limites raisonnables.
  • Compétences : un guérisseur ne doit jamais vous demander de mettre fin à votre traitement médical. 


Où les trouver?

 

Le syndicat national des magnétiseurs et practiciens des méthodes naturelles et traditionnelles propose des listes de guérisseurs par régions : www.gnoma

  • Les fédérations de reiki mettent en ligne des annuaires de praticiens ayant des "diplomes" validés et pratiquant un code de déontologie :
    la Fédération de Reiki : http://www.lafederationdereiki.org/

Reiki et Magnétisme : quelle différence ?

Posté par Isabelle Laporte à 10:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 août 2018

Vous avez dit Thérapeute ??

Vous avez dit  "Thérapeute" ?

 

les termes interdits....

 

L’usage du terme "thérapeute" est réservé à l’usage exclusif et c’est non-négociable, aux professionnels de la médecine ou aux professionnels inscrits au registre national des psychothérapeutes (décret du 20 mai 2010).

A l’heure actuelle, seules des institutions universitaires délivrent cette formation théorique. Il y a un vocabulaire spécifique à chaque profession, et notamment pour les professions médicales. L’emprunter peut porter à confusion ou induire en erreur involontairement.

En aucun cas, la pratique du Reiki ne se substitue à une médecine allopathique, qu’elle soit du domaine du physique ou du psychologique. Nous sommes des accompagnants et on peut qualifier notre activité de "pratiques énergétiques complémentaires", ce qui est déjà un beau travail.

Dans l’immense et très célèbre hôpital de Harvard à Seattle aux États-Unis, il y a un département entier consacré aux thérapies alternatives. Le "patient" choisit ou pas d’en profiter. Un élève vient d’ailleurs de passer sa thèse de Doctorat à Harvard (en anglais) sur le sujet : "Reiki et médecine allopathique". Mais en France, il en est tout autrement, nous avons le très respectable "Ordre des médecins" qui a balisé son territoire d’interventions, par un langage qui lui est propre, aussi nous devons ne pas empiéter sur son terrain, afin de ne pas induire en erreur les personnes qui viennent à nous : la pratique du Reiki est "non thérapeutique et non-médicale".

Le corps médical a un langage particulier, nous avons le nôtre :

  • Soins-soigner : on ne soigne pas, on "prend soin de la personne".
  • Patient : dire "des clients viennent à nous", le terme "patientèle" est aussi proscrit et réservé au corps médical. Nous sommes des "praticiens Reiki".
  • Consultations : dire "un rendez-vous"
  • Une séance de Reiki : dire "une harmonisation des énergies", ou "donner un traitement".
  • Guérisons-guérir : on ne guérit pas
  • Diagnostic : on s’interdit tous diagnostics, seulement on propose à la personne qui vient à nous d’aller consulter un spécialiste ou son médecin. Dire : " il y a un blocage d’énergies à un point précis". "Notre pratique est non médicale et non thérapeutique
  • Diplômes : terme réservé aux pratiques ayant l’agrément de l’État soit le RNCP, en attendant que le syndicat SNPER l’obtienne, les enseignants Reiki s’accordent le droit de donner des "certificats", mais la terminologie est inexacte, le juste serait : "attestation de formation". Donner un certificat veut dire que l’on a l’accord direct, et cela est soumis à condition.

Afin de laisser le choix de son accompagnant en toute sécurité, un syndicat a été créé : le SNPER, le Syndicat National, des Praticiens et enseignants du Reiki, dont le "fer de lance" est la sécurité et le bien-être des personnes, tant physique que psychologique.

 





https://www.snper.org/

 

Posté par Isabelle Laporte à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 décembre 2017

Magnétisme et Reiki : quelle différence ?

Magnétisme et Reiki : quelle différence ?

Pratiquer des soins énergétiques par imposition des mains est instinctif. Citons en exemple le cas de la maman qui câline son enfant lorsqu'il pleure : elle met toute son énergie et son amour à disposition de son petit afin de le soulager de sa souffrance ou de son chagrin.

Il existe deux manières de pratiquer des soins énergétiques :

  • par le magnétisme
  • par le Reiki

 

Quelles sont les différences fondamentales entre ces deux méthodes ?

On associe généralement les soins par imposition des mains au magnétisme, car cette méthode de guérison est nettement plus ancrée dans notre culture que le Reiki, originaire du Japon. En apparence, les deux méthodes de guérison sont similaires. Dans la réalité, cela n'est pas tout à fait la même chose. En effet, l'attitude du praticien et l'origine de l'énergie sont souvent radicalement différentes.

Le magnétisme est l‘ensemble des procédés (passes, souffle magnétique, imposition des mains,…) utilisant le fluide magnétique à des fins de soulagement et de guérison des maux et maladies. Ce n’est pas simplement un don au sens de "faculté", même si certaines personnes ont plus la capacité de magnétiser que d’autres, mais bien plutôt un don en termes de "donner son énergie aux autres".

Le Reiki est une technique de guérison naturelle et holistique qui harmonise les différents corps et amène un retour à l’équilibre physique, mental, émotionnel et psychique. L’énergie est réceptionnée, canalisée le long du canal central et envoyée par les mains du praticien vers le receveur.


Magnétisme ou Reiki ?

  • Magnétisme : capacité individuelle

Chacun d’entre nous a la capacité de véhiculer l’énergie, la manipuler et la transmettre. C’est une capacité que l’enfant a dès sa naissance et qui va "s’endormir" petit à petit s’il ne s’en sert pas. Certaines lignées familiales ont une plus grande capacité que d’autres. Si vous avez un grand parent magnétiseur, il est fort probable que vous ayez une capacité plus grande que d’autres d’utiliser votre propre énergie pour percevoir les émotions des personnes qui sont autour de vous, pour soigner et enlever certaines douleurs, …

Il existe toute une documentation pour apprendre et perfectionner les techniques de magnétisme. Ces dernières années, de nombreuses écoles (magnétisme, biomagnétisme, bioénergie, guérison holistique,....) ont également été créées ; souvent onéreuses, elles proposent néamoins des protocoles de soin assez complets et quelques techniques pour éviter d'utiiser sa propre énergie.

  • Reiki : initiation

L'enseignant "ouvre" le chakra couronne et le canal central afin de canaliser davantage d'énergie par un protocole énergétique appelé "initiation". Celle-ci entraine une augmentation du taux vibratoire de l’initié et une expansion de conscience qui va lui permettre, suivant son lacher-prise, de retrouver et développer ses facultés extrasensorielles : clair-ressenti, clair-voyance, clair-connaissance, clair-audience,...


Origine de l’Energie utilisée pendant le soin

  • Magnétisme : énergie donnée

seance de Magnetisme 1

Le magnétisme revient à faire circuler notre propre énergie dans le corps de quelqu'un d'autre. Elle sort par la main droite du praticien "donneur d’énergie", circule dans le corps du receveur, et revient par la main gauche afin d’être "recyclée".

C'est une technique tout à fait valable si elle n'est pratiquée qu'occasionnellement. En effet, elle peut vider littéralement le praticien de sa propre réserve d'énergie selon le principe des vases communicants...

  •  Reiki : énergie canalisée

seance de Reiki 1

Le praticien de Reiki, dès sa première initiation, devient un "canal", c'est-à-dire qu'il est en mesure de véhiculer l'énergie en puisant directement dans les sources telluriques et cosmiques.

Ainsi, le praticien n'épuise pas sa réserve d'énergie lors du traitement, bien au contraire, puisqu'il profite lui aussi de l'énergie qui le traverse autant que le receveur.

 

Parasitage

  • Magnétisme : énergie parasitée

Le receveur reçoit l'énergie du magnétiseur, mais cette énergie n'est pas "filtrée", c'est-à-dire que malgré toutes ses meilleures intentions, le magnétiseur peut transmettre de l'énergie négative (provenant de lui-même ou de ses consultations précédentes). Les énergies négatives sont récupérées par le magnétiseur ; s'il ne sait pas les recycler, il peut ressentir à son tour, les symptômes de la personne traitée.

Nombreux sont les magnétiseurs qui tombent gravement malades. Heureusement, il existe des techniques pour que le donneur (le magnétiseur) se nettoie après chaque séance. Mais tous les magnétiseurs ne les connaissent pas et certaines énergies négatives sont tenaces et résistantes. Dans le magnétisme, la qualité de l'énergie transmise dépend entièrement du praticien et de son intégrité. Il est donc important de savoir à qui l'on s'adresse.

  • Reiki : énergie 'pure'

Le praticien transmet une énergie 100% positive qui circule à sens unique, du donneur au receveur. Ainsi, le donneur ne récupère pas l'empreinte énergétique du praticien Reiki, et à son tour, le praticien ne récupère pas les énergies du receveur.


Intention :

  • Magnétisme : guérison du patient

Dans la pratique courante du magnétisme,  le praticien utilise sa propre énergie vitale, en ayant la guérison du patient pour objectif, sans se préoccuper de connaître la cause profonde de la maladie, et si une éventuelle guérison serait effectivement la situation juste. Il s'attache à créer volontairement des effets sur le patient qu'il traite.

  • Reiki : non vouloir

L’attitude du praticien Reiki est différente : il se laisse traverser par l'énergie qui agira au mieux pour la personne. Il peut émettre une intention avant le traitement, mais il doit toutefois demeurer dans le non-vouloir lorsqu'il est en canal, l'énergie transmise étant à même d'agir avec justesse. Le Reiki sert à stimuler la capacité d’auto-guérison du receveur, si telle est sa volonté car, quelque fois, les proches veulent une "guérison" pas toujours voulue par le patient lui-même.


Mode d’action :

  • Magnétisme : soulagement physique

Le magnétisme agissant directement au niveau physique, ses effets sont ressentis immédiatement. En revanche, si le problème du patient est lié à une cause profonde, le soulagement ne pourra être que temporaire. Le magnétisme travaille plus dans l'urgence, pour traiter tout de suite, apaiser, calmer immédiatement. Il travaille sur les symptômes et les effets sont plus ou moins durables suivant la capacité du magnétiseur.

  • Reiki : traitement de la cause

Le Reiki va intervenir sur la cause profonde du problème. Il agit sur les 3 premiers corps : physique, énergétique et émotionnel. Ainsi, c'est la personne toute entière qui est traitée et non une souffrance ou une maladie particulière. Il faudra parfois plusieurs séances, mais une fois les causes traitées, les effets disparaissent définitivement.

 

La maladie et la souffrance sont nécessaires à notre évolution. Elles sont à l'image de nos croyances et de nos limitations. Elles sont le reflet de ce que nous croyons être. Elles nous montrent où nous sommes sur le chemin de notre évolution. Le Reiki permet d'appréhender les causes de la maladie, et de comprendre sa signification, pour parvenir à une guérison définitive.


Déontologie :

  • Magnétisme : volonté du magnétiseur

Le magnétiseur manipule l’énergie selon sa volonté ; il ne pense pas toujours à demander son accord à la personne concernée.

  • Reiki : accord du patient

Le praticien Reiki demande à la personne concernée si elle souhaite être aidée, surtout dans un traitement à distance, car il est primordial que la personne ait la volonté personnelle de changer, que son état s’améliore et qu’elle ait la conscience des changements qui vont s’opérer en elle. Sans autorisation, cela est assimilé à une prise de pouvoir.

Le praticien Reiki est appelé à faire quotidiennement un travail sur lui et sur ses émotions avec les principes d’Usui, afin que son intégrité soit la plus pure possible pour canaliser l’énergie. Le Reiki est un art de vivre et de guérir. C'est une philosophie de vie basée sur le respect de l'autre et l'ouverture du coeur.

voir : les fondamentaux du Reiki

 

Résultat :

  • Magnétisme : Qui ne connait pas un bon magnétiseur ? Certaines personnes ayant "le don" ont souvent une force magnétique assez impressionnante qui peut permettre des résultats rapides et spectaculaires. Ainsi, nombres de services d'oncologie n'hésitent pas à orienter leurs patients vers des "coupeurs de feu" attitrés. Verrues, problèmes de peau, et autres maladies parfois complexes peuvent être ainsi rapidement soulagés, mais pas toujours durablement.
  • Reiki : Un soin Reiki est plus doux. L'énergie va là où elle doit aller. En stimulant les cellules souches des différents organes, elle accélère leur processus d'auto guérison et permet à l'organisme de se prendre en charge. Le résultat n'est pas toujours immédiat, il peut necessiter quelques heures.

 

 

Magnétisme et Reiki sont donc complémentaires et permettent de traiter les maux avec une très grande efficacité. C'est pourquoi :

  • nombre de magnétiseurs se font initier au Reiki pour pouvoir se protéger, protéger leur patient, et ne pas se vider de leur propre énergie. En augmentant leur taux vibratoire et en acceptant de travailler sur eux, ils augmentent également leurs perceptions et leur force naturelle de guérison.
  • nombre de praticiens Reiki apprennent des pratiques de magnétisme pour renforcer l’efficacité de leur traitement, notamment pour les traitements d’urgence : brûlures, …

En conclusion, il est tout à fait possible de puiser dans les énergies cosmiques et telluriques sans être praticien Reiki. Actuellement, nombre de livres proposent des techniques simples et accessibles à utiliser pour éviter de puiser dans sa propre énergie. Par contre, les initiations Reiki reçues sur 2 jours permettent une augmentation du taux vibratoire pour developper nos capacités extrasensorielles, une déontologie, une méthode de travail et un travail sur soi qui ne sont pas toujours accessibles tout seul,....
A chacun son expérience,... à chacun son chemin .....

 magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence, magnétisme, reiki et magnétisme quelle différence,

Posté par Isabelle Laporte à 22:20 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , ,